Homélie pour la fête du Très Saint-Sacrement

Année A  -  Jean 6, 51-58


par

le Père Daniel Meynen
 
 

"A la synagogue de Capharnaüm, Jésus disait : «Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel.  Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, pour le salut du monde.»

"A ces mots, les Juifs entrèrent en discussion : «Comment, disaient-ils entre eux, cet homme peut-il nous donner sa chair à manger ?»  Jésus leur dit alors : «En vérité, en vérité je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’Homme et ne buvez son sang, vous n’aurez point la vie en vous-mêmes.  Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.  Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment une boisson.  Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui.  Tout comme le Père, qui m’a envoyé, est vivant, et comme je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.  Tel est le pain descendu du ciel.  Il n’en est pas de lui comme de la manne que vos pères ont mangée ; ils sont morts.  Celui qui mange de ce pain vivra éternellement.»"



Homélie :


"A la synagogue de Capharnaüm, Jésus disait : «Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel.  Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, pour le salut du monde.»"

Aujourd’hui, nous célébrons une fête toute spéciale pour honorer le Très Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ !  A cette occasion, l’Eglise nous propose un évangile tiré du discours de Jésus sur le Pain de Vie, à la synagogue de Capharnaüm.  Tâchons de comprendre un peu ce que le Seigneur a voulu nous dire en cette occasion touchant le sacrement de son Corps et de son Sang.

Nous le savons : ce discours de Jésus sur le Pain de Vie constitue un tournant décisif dans sa prédication et dans son apostolat.  Ce que Jésus a déclaré ce jour-là fut si rebutant pour la simple raison humaine - il fallait en effet la vraie et simple foi d’un enfant pour comprendre alors le Maître - que toute une partie des disciples du Seigneur prirent la résolution de quitter, sans doute définitivement, ce Docteur qui enseignait des choses si étranges et tellement nouvelles par rapport au contexte de l’époque : "Depuis ce moment, plusieurs de ses disciples se retirèrent et cessèrent d’aller avec lui." (Jn. 6, 66)

"A ces mots, les Juifs entrèrent en discussion : «Comment, disaient-ils entre eux, cet homme peut-il nous donner sa chair à manger ?»  Jésus leur dit alors : «En vérité, en vérité je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’Homme et ne buvez son sang, vous n’aurez point la vie en vous-mêmes.  Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.  Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment une boisson.»"

"Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel.  Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, pour le salut du monde."  Les Juifs qui écoutaient ce discours furent stupéfaits : Jésus avait bien dit qu’il allait donner son corps en nourriture, et cela, les Juifs n’arrivaient pas à le comprendre !  Mais ce qui est important, c’est que Jésus promet la vie éternelle à celui qui mangera son corps : "Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement."  Et nous ?  Sommes-nous comme ces Juifs incrédules, qui ne croyaient pas à ce que Jésus leur disait de lui ?  Ou bien avons-nous foi en la parole de Dieu, qui a dit : "Ceci est mon Corps . . . Ceci est mon Sang . . ." ?  Lorsque nous voyons du pain sur l’autel, lorsque nous goûtons l’Eucharistie lors de la communion, croyons-nous vraiment que ce que nous voyons, et ce que nous goûtons est le Corps du Christ ressuscité, capable de nous donner la vie éternelle ?  Encore une fois, croyons-nous vraiment que ce qui nous apparaît comme du pain n’est pas du pain de la terre, mais le vrai Pain du Ciel, Celui qui donne la Vie éternelle ?

"«Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui.  Tout comme le Père, qui m’a envoyé, est vivant, et comme je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.»"

"Il est grand le Mystère de la foi !"  "Mysterium fidei !"  Voilà ce que le prêtre proclame à chaque célébration de l’Eucharistie !  Voilà toute la nouvelle dimension que la célébration de l’Eucharistie nous apporte : la dimension supérieure de la foi !  Par l’Eucharistie, par la foi dont nous sommes appelés à témoigner à chaque célébration, toute notre vie reçoit une nouvelle dimension : celle de la vie surnaturelle dans la foi !  "Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi en lui."  Cette demeure dans le Christ est le résultat de cette nouvelle dimension que reçoit notre vie par l’Eucharistie.  Cette demeure dans le Christ transforme tellement notre vie quotidienne que Saint Paul a pu s’écrier : "Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi." (Ga. 2, 20)

"Il est grand le Mystère de la foi !"  Il nous faut vraiment la foi pour comprendre, non pas naturellement, mais bien surnaturellement, que, par l’Eucharistie, le Christ demeure en nous et que nous demeurons dans le Christ, car cette demeure et cette communion nous dépassent : elles sont de l’ordre de la communion et de la demeure de Dieu lui-même en lui-même !  C’est pourquoi le Seigneur dit expressément : "Tout comme le Père, qui m’a envoyé, est vivant, et comme je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi."  L’union du Christ et de celui qui le mange dans l’Eucharistie est si élevée et si intime qu’elle n’a pas d’autre point de comparaison que l’union même des Trois Personnes divines dans leur commune action vis à vis des hommes et des femmes appelés à participer à cette même communion trinitaire.

"«Tel est le pain descendu du ciel.  Il n’en est pas de lui comme de la manne que vos pères ont mangée ; ils sont morts.  Celui qui mange de ce pain vivra éternellement.»"

Quel contraste !  Quelle différence entre la manne et l’Eucharistie !  "Tel est le pain descendu du ciel.  Il n’en est pas de lui comme de la manne que vos pères ont mangée ; ils sont morts.  Celui qui mange de ce pain vivra éternellement."  Quelle merveille sous nos yeux, à notre portée, ici bas, devant nous, pour nous : la vie éternelle !  Sous les aspects d’un peu de pain, d’un peu de vin, voilà la vie qui ne finit pas et qui rend heureux pour l’éternité !  Quelle différence !  Quel contraste !  Mais il faut la foi pour le comprendre ! "Il est grand le Mystère de la foi !"  Que la Très Sainte Vierge Marie nous apprenne à croire en la vie éternelle que le sacrement du Corps et du Sang de son Fils vient nous apporter !