Homélie pour le troisième dimanche de l’Avent  -  Année A  -  Mt. 11, 2-11




"Jean, de sa prison, entendit parler des oeuvres du Christ, et lui dépêcha de ses disciples lui demander : «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?»  Jésus leur répondit : «Allez raconter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez : des aveugles recouvrent la vue, des boiteux marchent, des lépreux sont purifiés, des sourds entendent, des morts ressuscitent, l’Evangile est annoncé aux pauvres.  Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute !»

"Comme ils s’en retournaient, Jésus se mit à dire à la foule, au sujet de Jean : «Qu’êtes-vous allés voir au désert ?  Un roseau agité par le vent ?  Qu’êtes-vous donc allés voir ?  Un homme vêtu d’habits délicats ?  Mais ceux qui portent des habits délicats se trouvent dans les palais royaux.  Mais encore, pourquoi êtes-vous allés ?  Pour voir un prophète ?  Oui, vous dis-je, et plus qu’un prophète.  C’est celui dont il est écrit : "Voici que j’envoie mon messager devant toi te préparer la route." (Mal. 3, 1)  Oui, vous dis-je, parmi les enfants des femmes, il n’en est point paru de plus grand que Jean-Baptiste.  Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui.»"



Homélie :


"Jean, de sa prison, entendit parler des oeuvres du Christ, et lui dépêcha de ses disciples lui demander : «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ?»

Jean-Baptiste avait été mis en prison par Hérode : celui-ci ne supportait pas que Jean-Baptiste lui reproche sans cesse sa vie licencieuse avec Hérodiade, la femme de son frère. Mais cela ne l’empêcha pas de continuer sa mission de précurseur du Christ : il s’informa avec soins de ce qui se passait et on ne manquait pas de le tenir au courant des événements religieux du moment.  Aussi, après avoir été renseigné au sujet de Jésus, il envoya quelques uns de ses disciples interroger celui qui faisait déjà tant parler de lui : il voulait savoir ce que Jésus répondrait si on lui demandait s’il était le Messie.

Jean-Baptiste connaissait déjà cette problématique : on lui avait demandé s’il n’était pas, lui, le Messie, le grand Prophète qui doit venir dans le monde.  Même après que Jean-Baptiste eût répondu qu’il n’était pas le Christ (cf. Jn. 1, 20), certains lui demandèrent : "«Es-tu le Prophète ?»  Il répondit : «Non.»" (Jn. 1, 21)  Non, Jean-Baptiste n’était pas le Messie attendu.  Et pourtant, si on lui posait cette question, n’était-ce pas parce qu’il lui ressemblait très fort, si fort que les gens pensaient que ce saint homme, ce personnage si mystérieux était peut-être le Christ ?  En effet, Jean-Baptiste était très proche du Messie, car il en fut le témoin direct, celui qui fut appelé à le baptiser dans les eaux du Jourdain.

Pourquoi Jean-Baptiste ressemblait-il tant au Messie ?  Parce que Jean-Baptiste était là pour rendre témoignage au Messie, la Lumière venue dans le monde : "Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean.  Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous les hommes eussent la foi par lui.  Il n’était pas la lumière, mais il vint pour rendre témoignage à la lumière." (Jn. 1, 6-8)  Or, comment Jean-Baptiste aurait-il pu comprendre que Jésus était le Messie, s’il n’avait pas en lui cette ressemblance au Messie, ressemblance qu’il pouvait alors connaître intimement, puisqu’elle était en lui ?

Jean-Baptiste était le témoin de la Lumière venant en ce monde.  Le Père aussi, celui qui envoya son Fils, était le témoin du Messie : le Père et Jean-Baptiste sont deux témoins du Christ, l’un du ciel, l’autre de la terre.  Jésus lui-même a parlé ouvertement de ces deux témoignages, lorsqu’il disait aux Juifs : "Si je me rends témoignage à moi-même, mon témoignage n’est pas valable.  Un autre me rend témoignage, et je sais que le témoignage qu’il me rend est digne de foi.  Vous avez envoyé des émissaires à Jean, et il a rendu témoignage à la vérité." (Jn. 5, 31-33)

Mais au témoignage du Père et de Jean, vient s’ajouter un troisième témoignage, celui des oeuvres que Jésus accomplit : "Moi, j’ai un témoignage supérieur à celui de Jean : les oeuvres que le Père m’a donné d’accomplir." (Jn. 5, 36)  "Le Père qui demeure en moi, c’est lui qui accomplit les oeuvres.  Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi.  Si vous ne me croyez pas sur parole, croyez au moins à cause de ces oeuvres." (Jn. 14, 10-11)  C’est pourquoi, Jésus fait répondre à Jean-Baptiste : "Allez raconter à Jean ce que vous entendez et ce que vous voyez : des aveugles recouvrent la vue, des boiteux marchent, des lépreux sont purifiés, des sourds entendent, des morts ressuscitent, l’Evangile est annoncé aux pauvres."  Les oeuvres que Jésus accomplit témoignent qu’il est le Messie attendu !

"«Oui, vous dis-je, parmi les enfants des femmes, il n’en est point paru de plus grand que Jean-Baptiste.  Cependant, le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui.»"

Jean-Baptiste est venu avant le Christ.  Les fidèles du Christ viennent après lui.  Jean-Baptiste fait partie de l’Ancienne Alliance, tandis que les chrétiens font partie de la Nouvelle Alliance.  Celui qui est donc admis dans le royaume des cieux, le royaume de la Nouvelle Alliance, reçoit un certain avantage, avantage tout gratuit, dont il n’a pas à se glorifier.  Dieu a permis que certains hommes et femmes fassent partie de l’Ancienne Alliance, et d’autres de la Nouvelle Alliance.  Mais tout cela est un don de Dieu : tout cela est gratuit !

Recevons donc avec foi Jésus dans l’Eucharistie : témoignons de la venue du Messie comme Jean-Baptiste, tâchons de lui ressembler, tâchons de devenir semblable au Christ, comme Jean-Baptiste !  Que Marie, qui a conçu en elle le Fils de Dieu fait homme, nous aide sur cette voie du témoignage au Messie de Dieu !


Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !