Homélie pour le vingtième Dimanche dans l'Année
Année A

Is 56, 1 & 6-7 - Rm 11, 13-15 & 29-32 - Mt 15, 21-28

par le Chanoine Dr. Daniel Meynen


La Maison de tous les peuples



Is 56, 1 & 6-7


Is 56, 1, Voici ce que dit le Seigneur : Respectez le droit et pratiquez la justice, car mon salut n'est pas loin de venir, et ma justice est près de se révéler. 6, Quant aux étrangers qui veulent s'attacher au Seigneur, pour le servir et pour aimer son Nom, pour être ses serviteurs, s'ils observent le sabbat sans le profaner, et s'attachent à mon alliance, 7, je les amènerai à ma sainte montagne et les comblerai de joie dans ma maison de prière ; leurs holocaustes et leurs sacrifices seront acceptés sur mon autel ; car ma maison s'appellera Maison de prières pour tous les peuples.


Sous l'Alliance Ancienne, les hommes et les femmes qui pouvaient prétendre au Salut de Dieu étaient de deux sortes : les juifs et les non-juifs. Ces "étrangers", dont parle Isaïe (56, 6), ceux qui n'appartenaient pas au Peuple élu en tant que tel, ceux-là pouvaient, par la miséricorde de Dieu, prétendre au Salut de Dieu dans la mesure où ils observaient la même Loi que le Peuple élu : "S'ils observent le sabbat sans le profaner, et s'attachent à mon alliance, je les amènerai à ma sainte montagne et les comblerai de joie dans ma maison de prières." (Is 56, 6-7)


Ces "étrangers" ou non-juifs, étaient encore appelés prosélytes. Ils oberservaient toute ou une partie de la Loi. Ainsi, ils venaient à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Si bien que juifs et non-juifs étaient présents au jour de la Pentecôte, lors de la descente du Saint-Esprit sur les Apôtres : "Juifs ou prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu !" (Actes 2, 11).


Sous l'Ancienne Alliance, il n'y avait donc qu'une seule Loi, celle du Peuple élu. Pour être sauvé, c'est cette Loi qu'il fallait observer. En un sens, si on n'était pas juif, il fallait le devenir, du moins par l'observation de la Loi du Peuple élu. Moyennant cela, hommes et femmes de toutes nations pouvaient prétendre au Salut de Dieu et entrer dans ce que le Prophète appelle, au nom du Seigneur : "ma Maison de prières pour tous les peuples." (Is 56, 7) Il n'y avait donc pas encore de réelle extension du Salut de Dieu à tous les peuples : on ne pouvait être sauvé que si on était comme incorporé à l'unique Peuple élu, le Peuple juif.



Rm 11, 13-15 & 29-32


Rm 11, 13, Frères, je vous le dis à vous, gens de souche païenne : en ma qualité d'apôtre des païens, j'honore mon ministère, 14, dans l'espoir d'exciter la jalousie des gens de ma race, et d'en sauver quelques uns. 15, Car si leur mise à l'écart a eu pour résultat la réconciliation du monde, quel sera l'effet de leur réintégration, sinon une résurrection d'entre les morts ? 29, Car Dieu ne regrette ni ses dons ni son appel. 30, De même que jadis vous avez été rebelles à Dieu, mais qu'à présent, par suite de leur désobéissance, vous avez obtenu miséricorde, 31, de même, eux aussi, ils sont actuellement rebelles par suite de la miséricorde qui vous a été faite, afin de bénéficier, à leur tour, de cette miséricorde. 32, Car Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance, afin de leur faire miséricorde à tous.


Sous la Nouvelle Alliance, ce n'est plus la Loi du Peuple juif qui réunit les fidèles en vue de leur Salut dans le Christ. Aujourd'hui, c'est l'Esprit de Dieu, avec sa grâce, qui unit les fidèles chrétiens venus de tous les pays de la terre. Aujourd'hui, c'est la Loi d'Amour, le commandement nouveau du Christ, qui permet d'espérer, dans la foi, le Salut de Dieu promis à tous les hommes de bonne volonté ! "Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres." (Jn 13, 34) C'est donc l'Amour qui réunit tous les hommes dans la Maison de tous les peuples : l'Église !


Quand le premier cas d'intégration des païens dans l'Église naissante s'est présenté, il y a eu discussion et querelle entre les Apôtres, notamment entre Pierre et Paul. Ce fut l'occasion de ce qu'on appelle le Concile de Jérusalem : "Quelques-uns de ceux qui, avant d'avoir la foi, avaient appartenu à la secte des pharisiens, intervinrent en disant qu'il fallait circoncire les païens et leur imposer l'observance de la loi mosaïque. Les apôtres et les anciens s'assemblèrent pour en délibérer." (Actes 15, 5-6) La décision finale tient en une lettre où il est dit, entre autres : "Il a paru bon à l'Esprit-Saint et à nous de ne vous imposer d'autre fardeau que ce qui vous est indispensable, savoir : vous abstenir des viandes offertes aux idoles, de la chair étouffée, et du sang, ainsi que de la débauche." (Actes 15, 28-29)



Mt 15, 21-28


Mt 15, 21, Jésus se retira dans les environs de Tyr et de Sidon. 22, Et voilà qu'une Cananéenne, originaire de ce pays, s'écria : «Seigneur, Fils de David, aie pitié de moi ! Ma fille est cruellement tourmentée par un démon.» 23, Jésus ne répondit mot. Et ses disciples vinrent lui dire avec insistance : «Renvoie-la : elle nous poursuit de ses cris.» 24, Il répondit : «Ma mission se borne aux brebis perdues de la maison d'Israël.» 25, Mais alors cette femme vint se prosterner devant lui en disant : «Seigneur, secours-moi !» 26, Il répondit : «Il ne convient pas de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens.» - 27, «Assurément, Seigneur, reprit-elle, du moins les petits chiens mangent-ils les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres.» 28, Alors Jésus lui dit : «O femme, grande est ta foi ! Qu'il te soit fait comme tu le souhaites.» A l'heure même, sa fille fut guérie.


Tous, de quelque nation ou peuple que nous soyons, nous suivons, dans le Christ, la Loi d'Amour : "Aimez-vous les uns les autres !" Comme le dit Saint Paul, l'apôtre des païens : "Dieu a enfermé tous les hommes dans la désobéissance, afin de leur faire miséricorde à tous." (Rm 11, 32)


N'est-ce pas ce que crie la Cananéenne au pied de Jésus ? Ne l'entendez-vous pas réclamer au Seigneur : "Miséricorde ! Miséricorde !" Et le Seigneur l'a écoutée et exaucée : "Alors Jésus lui dit : «O femme, grande est ta foi ! Qu'il te soit fait comme tu le souhaites.» A l'heure même, sa fille fut guérie." (Mt 15, 28)


Nous sommes et nous vivons dans la Loi d'Amour. C'est l'Esprit-Saint, l'Esprit d'Amour, qui guide l'Église depuis sa fondation. Laissons-nous guider par l'Esprit ! Reconnaissons que le Peuple juif est et restera toujours le Peuple élu de Dieu, mais accueillons dans l'Église tout homme de bonne volonté !


Que la Très Sainte Vierge Marie, pleine de grâce et pleine de l'Amour de Dieu pour tous les hommes, nous apprenne la Vie dans l'Esprit, afin de vivre unis dans la Maison de tous les peuples !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !


Homélies supplémentaires sur le même évangile :

http://meynen.homily-service.net/an2002/a20dmann.htm
http://meynen.homily-service.net/an2005/a20dmann.htm