Homélie pour la Solennité du Christ-Roi - Année C - Lc. 23, 35-43


par le

Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 

" Arrivés au lieu dit Calvaire, on y crucifia Jésus, ainsi que les malfaiteurs, l'un à droite, l'autre à gauche. La foule se tenait là et regardait. Les magistrats ricanaient : «Il a sauvé les autres, disaient-ils ; qu'il se sauve lui-même, s'il est le Christ, l'élu de Dieu !» Les soldats aussi le raillaient ; ils s'approchaient, lui présentaient du vinaigre, et disaient : «Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même.» Au-dessus de lui se trouvait l'inscription : «Celui-ci est le roi des Juifs.»


" Or, l'un des malfaiteurs ainsi suspendus l'injuriait : «Puisque tu es le Christ, sauve-toi toi-même, et sauve-nous !» Mais l'autre reprit : «Comment ! dit-il, tu n'as pas la crainte de Dieu, alors que tu subis la même condamnation ? Pour nous, c'est justice. Nous recevons ce que nos crimes ont mérité ; mais lui n'a rien fait de mal.» Et il ajouta : «Jésus, souviens-toi de moi quand tu reviendras dans ta majesté royale !» Et Jésus lui répondit : «Je te le déclare en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis.» "




Homélie :


" Arrivés au lieu dit Calvaire, on y crucifia Jésus, ainsi que les malfaiteurs, l'un à droite, l'autre à gauche. La foule se tenait là et regardait. "


Pour cette fête du Christ Roi de l'Univers, en ce dernier dimanche de l'année liturgique, l'Eglise nous propose un évangile violent, déchaîné, passionné. C'est que la Royauté du Christ a été contestée dès le début de son histoire : à peine apparu en ce monde, déjà, le Christ Roi était rejeté et persécuté ! Après que les Mages eurent demandé au Roi Hérode : "Où est le Roi des Juifs qui vient de naître ?" (Mt. 2, 2), ce despote sans pitié fit massacrer quantité de petits enfants : les premiers martyrs de la royauté du Christ !


Il faut en effet avoir beaucoup de courage pour reconnaître Jésus comme le Roi de l'Univers... "La foule se tenait là et regardait," dit Saint Luc. Quelle est cette foule ? Qui sont ces gens ? Ne sont-ce pas ceux qui, cinq jours auparavant, ont acclamé Jésus au cri de "Béni soit le roi qui vient au nom du Seigneur !" (Lc. 19, 38) ? En effet, ce sont les mêmes... hélas... Les voix qui crient sont les mêmes, mais les esprits ont changé... Comment est-ce possible ? Pourquoi un tel revirement de situation ?


C'est que l'Esprit-Saint, l'Esprit d'Amour, n'est pas encore venu sur eux... Ils n'ont pas encore reçu cette force d'en-haut (cf. Lc. 24, 49) qui leur permettra un jour de témoigner de la royauté du Christ, jusqu'à répandre leur propre sang pour l'amour de son règne. Bientôt, le jour de la Pentecôte, cette même foule, ou tout au moins un partie d'entre elle, répondra à l'appel de conversion que les Apôtres lanceront, elle se repentira de sa lâcheté, et formera les premiers groupes de chrétiens qui, sous un seul Esprit, ne formera plus "qu'un coeur et qu'une âme" (Ac. 4, 32) !


" Les magistrats ricanaient : «Il a sauvé les autres, disaient-ils ; qu'il se sauve lui-même, s'il est le Christ, l'élu de Dieu !» Les soldats aussi le raillaient ; ils s'approchaient, lui présentaient du vinaigre, et disaient : «Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même.» Au-dessus de lui se trouvait l'inscription : «Celui-ci est le roi des Juifs.» "


Au-dessus de Jésus crucifié, se trouvait une inscription : "Celui-ci est le roi des Juifs." C'est vrai : Jésus est le Roi des Juifs, et les premiers chrétiens étaient des Juifs. Cela veut dire, que, en son point de départ, l'Eglise forme avec le Christ, non seulement une unité spirituelle, mais aussi un peuple, une nation, au vrai sens du terme. Certes, depuis l'admission des non-Juifs dans l'Eglise, c'est l'unité spirituelle qui prévaut, et le Royaume du Christ, qui aurait pu être visible et tangible en tant que peuple et nation, est aujourd'hui relégué dans l'univers invisible des coeurs et des âmes.


Jésus l'a dit : "Le royaume de Dieu est au dedans de vous." (Lc. 17, 21) C'est l'aspect spirituel du Règne de Dieu, beaucoup plus important que son aspect extérieur et corporel. Car, si les Juifs, qui acclamèrent Jésus Roi lors de son entrée triomphale à Jérusalem le dimanche des Rameaux , avaient eu le règne de Dieu en eux, alors, sans nul doute, avec l'aide de la grâce de l'Esprit-Saint, ils auraient proclamé leur foi en Jésus Roi des Juifs cinq jours plus tard, au pied de la Croix du Calvaire ! Mais un jour viendra où les Juifs se convertiront et reconnaîtront Jésus pour leur Messie et pour leur Roi. Alors, avec toute l'Eglise, ils pourront acclamer Jésus Roi des Juifs et Roi de l'Univers, comme s'ils avaient été là, au pied de la Croix du Calvaire...


" Or, l'un des malfaiteurs ainsi suspendus l'injuriait : «Puisque tu es le Christ, sauve-toi toi-même, et sauve-nous !» Mais l'autre reprit : «Comment ! dit-il, tu n'as pas la crainte de Dieu, alors que tu subis la même condamnation ? Pour nous, c'est justice. Nous recevons ce que nos crimes ont mérité ; mais lui n'a rien fait de mal.» Et il ajouta : «Jésus, souviens-toi de moi quand tu reviendras dans ta majesté royale !» Et Jésus lui répondit : «Je te le déclare en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis.» "


Si le Royaume de Dieu est au dedans de nous, si Dieu habite en nos coeurs, il n'y a pourtant pas de doute que, lors du Retour du Seigneur en Gloire, ce Royaume se manifestera au grand jour : il ne sera plus caché, mais il brillera en pleine lumière ! Mais alors, ce ne sera plus seulement le Règne de l'Amour, mais aussi le Règne de la Justice ! Quand chaque homme, chaque femme, quand vous et moi paraîtrons face à face avec le Roi de l'Univers, alors, chacun rendra justice au Seigneur : chacun se reconnaîtra, oui ou non, fidèle sujet de ce grand Roi.


Ainsi, un des deux malfaiteurs cloués en croix aux côtés de Jésus reconnaît que ce qu'il souffre en ce moment est juste : "Pour nous, c'est justice." Il reconnaît avoir fait le mal, mais l'acceptation de sa punition prouve qu'il est repentant et qu'il espère du fond de son coeur obtenir le pardon de Dieu... Il s'adresse donc à Jésus, qu'il reconnaît comme le Roi des Juifs, et lui dit : "Jésus, souviens-toi de moi quand tu reviendras dans ta majesté royale !" Ce "bon larron", connu sous le nom de Saint Dismas, rend déjà justice au Règne de Dieu et appelle de tout son coeur, sous l'influence de l'Esprit-Saint, le Retour du Seigneur en Gloire !


"Je te le déclare en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis." Ces paroles de Jésus sont sans équivoque : Dismas est avec lui dans le Ciel ! Mais, aujourd'hui, nous pouvons, nous aussi, espérer pareille récompense. Si, dignement, nous communions au Corps du Christ, alors, nous rendons justice au Règne de Dieu, nous reconnaissons Jésus Roi des Juifs et Roi de l'Univers, non seulement dans notre coeur, mais aussi dans toute notre personne : déjà, nous appelons le retour du Seigneur Jésus !


Que la Très Sainte Vierge Marie, présente au pied de la Croix du Calvaire, nous aide à rendre justice au Règne de Dieu par toute la terre ! Amen !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !