Homélie pour le vingt-septième Dimanche dans l'Année - Année C - Lc. 17, 5-10


par le

Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 

" Les apôtres dirent au Seigneur : «Augmente en nous la foi !» Le Seigneur répondit : «Si vous aviez de la foi gros comme un grain de moutarde, vous auriez dit à ce mûrier, Déracine-toi, et va te planter dans la mer, et il vous aurait obéi.»


" «Qui de vous, ayant un serviteur qui laboure ou fait paître les troupeaux, lui dira au retour des champs : Viens tout de suite te mettre à table ? Ne lui dira-t-il pas au contraire : Prépare-moi à souper ; mets ton tablier pour me servir à boire et à manger ; ensuite, tu mangeras et tu boiras à ton tour ? Doit-il de la reconnaissance à ce serviteur pour avoir exécuté les ordres ? Vous de même, quand vous aurez fait tout ce qu'on vous a ordonné, dites : Nous sommes de pauvres serviteurs ; nous n'avons fait que ce que nous devions faire.» "




Homélie :


" Les apôtres dirent au Seigneur : «Augmente en nous la foi !» Le Seigneur répondit : «Si vous aviez de la foi gros comme un grain de moutarde, vous auriez dit à ce mûrier, Déracine-toi, et va te planter dans la mer, et il vous aurait obéi.» "


Voilà aujourd'hui un évangile assez court. Mais ce texte a l'avantage de nous donner une leçon complète sur la foi et sur notre relation avec Dieu. Car, qu'est-ce que la foi, sinon cette vertu surnaturelle par laquelle la vie éternelle est déjà commencée en nous (cf. Saint Thomas d'Aquin, Somme Théologique, IIa IIae, q. 4, a. 1, corp.) ? Par la foi, en effet, nous vivons déjà de la vie même de Dieu : nous vivons en communion avec Dieu.


Toutefois, Dieu, nous ne le voyons pas. Tant que nous sommes sur cette terre, et non encore dans la Patrie, Dieu demeure invisible à nos yeux du corps. Nous croyons en ce Dieu que nous ne voyons pas, en ce Dieu qui, pourtant, s'est révélé à nous en Jésus, son Fils, "l'Image du Dieu invisible" (Col. 1, 15). Mais, précisément, parce que Dieu s'est révélé en Jésus Christ, la foi nous donne quand même une certaine vision de Dieu, une vision toute surnaturelle, une vision qui n'est perçue que par l'âme, et non par le corps...


Croire en Dieu : c'est la chose la plus merveilleuse que nous puissions accomplir sur terre ! L'acte de foi est aussi ce qui plaît le plus à Dieu ! Car celui qui croit vraiment en Dieu, de tout son coeur, de tout son être, de toutes ses forces, celui-là renonce réellement à tout ce qui n'est pas Dieu, il renonce même à sa propre personne, pour n'aimer que Dieu et ne faire plus qu'un avec lui. C'est cela qui plaît à Dieu. Nul doute alors que c'est l'Esprit de Dieu qui a poussé les apôtres à demander à Jésus : "Augmente en nous la foi !"


Certes, la réponse du Seigneur peut paraître un reproche : "Si vous aviez de la foi gros comme un grain de moutarde, vous auriez dit à ce mûrier, Déracine-toi, et va te planter dans la mer, et il vous aurait obéi." Mais il s'agit tout autant d'une explication. Jésus n'est-il pas venu pour enseigner, lui, le Maître de toutes choses ? Quoi qu'il en soit, reproche ou explication, les paroles de Jésus sont des paroles d'or, semblables à celles que Saint Matthieu a consignées ailleurs : "Si vous aviez de la foi, gros comme un grain de moutarde, vous diriez à cette montagne : Transporte-toi d'ici là, qu'elle le ferait ; rien ne vous serait impossible." (Mt. 17, 20)


" «Qui de vous, ayant un serviteur qui laboure ou fait paître les troupeaux, lui dira au retour des champs : Viens tout de suite te mettre à table ? Ne lui dira-t-il pas au contraire : Prépare-moi à souper ; mets ton tablier pour me servir à boire et à manger ; ensuite, tu mangeras et tu boiras à ton tour ? Doit-il de la reconnaissance à ce serviteur pour avoir exécuté les ordres ? Vous de même, quand vous aurez fait tout ce qu'on vous a ordonné, dites : Nous sommes de pauvres serviteurs ; nous n'avons fait que ce que nous devions faire.» "


Cette petite parabole, cette leçon de choses, vient compléter l'enseignement de Jésus sur la foi. En réalité, il ne s'agit plus ici de foi, mais bien d'ordre et d'obéissance. C'est vrai. Mais ces deux choses n'en font qu'une. Quand quelqu'un croit en Dieu qu'il ne voit pas, en Dieu qui se révèle en son Fils Jésus, il s'abaisse et s'humilie devant un être - l'Etre par excellence - infiniment plus sage et plus puissant que lui. Celui qui croit en Dieu ne fait pas ce qu'il veut, mais bien ce que Dieu veut : il accomplit l'ordre de Dieu, il obéit à Dieu qui lui dicte sa Parole en son Fils Jésus.


Mais ce n'est pas tout. Car Dieu n'agit pas comme les hommes. Dieu n'agit pas comme ce maître décrit dans la parabole racontée par Jésus. Parmi les hommes, celui qui s'abaisse devant son maître, celui qui est serviteur ne verra pas son maître venir s'abaisser aussi devant lui et le traiter d'égal à égal : "Ne lui dira-t-il pas au contraire : Prépare-moi à souper ; mets ton tablier pour me servir à boire et à manger ; ensuite, tu mangeras et tu boiras à ton tour ?" Mais, chez Dieu, cela ne se passe pas ainsi : celui qui obéit à Dieu et fait sa volonté en croyant en lui, Dieu fait aussi la volonté de cet homme, et, en quelque sorte, Dieu obéit à l'homme.


En effet, Jésus vient de dire : "Si vous aviez de la foi gros comme un grain de moutarde, vous auriez dit à ce mûrier, Déracine-toi, et va te planter dans la mer, et il vous aurait obéi." Or, il s'agit là d'un miracle, d'une dérogation aux lois de la nature : si un arbre va se jeter lui-même dans la mer, si une montagne vient à se déplacer toute seule, parce que nous avons cru que Dieu pouvait le faire, alors, nul doute qu'il ne s'agit pas là d'un acte naturel, mais d'une action de Dieu. Si nous faisons ce que Dieu veut, alors, Dieu fait ce que nous voulons !


Verrons-nous toujours Dieu nous obéir ? Non. Quelques fois seulement, peut-être même rarement... Ce n'est pas étonnant. La foi est la foi. Tant que nous ne sommes pas dans le Ciel, nous ne verrons pas Dieu. Assez souvent, notre manque de vision provient de notre manque de foi, ou d'une foi qui n'est pas assez forte pour voir Dieu agir parmi nous et faire notre volonté... D'ailleurs, l'avons-nous mérité ? La foi n'est-elle pas une grâce, un don gratuit de Dieu ? Alors, contentons-nous de croire, comme nous le pouvons, du mieux que nous pouvons, et Dieu fera le reste, que nous le voyions ou non : "Quand vous aurez fait tout ce qu'on vous a ordonné, dites : Nous sommes de pauvres serviteurs ; nous n'avons fait que ce que nous devions faire."


La Très Sainte Vierge Marie a toujours cru en Dieu, d'une manière absolument parfaite. Sa récompense fut qu'elle devint la Mère de Dieu, et, vraiment, elle vit Dieu lui obéir en Jésus, son Fils selon la chair. Mais, quand Marie vit son Fils mort sur la Croix du Calvaire, quand elle vit le fruit de sa foi immaculée réduit à néant par les bourreaux, alors, elle put dire, pour un temps, qui paraissait interminable, jusqu'au matin de Pâques : "Nous sommes de pauvres serviteurs ; nous n'avons fait que ce que nous devions faire." Amen !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !