Homélie pour le quatorzième Dimanche dans l'Année - Année C - Lc. 10, 1-12 & 17-20
 
 
par le
 
Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 
 
" Le Seigneur désigna soixante-douze autres disciples qu'il envoya deux à deux devant lui, dans toutes les villes et toutes les localités où lui-même devait aller. Il leur dit : «La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. Allez ; je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne prenez ni bourse ni sac ni chaussures, et ne visitez personne en chemin. Où que vous entriez, dites d'abord : «Paix à cette maison !» S'il se trouve là un homme pacifique, la paix de votre souhait reposera sur lui ; sinon, elle vous reviendra. Demeurez dans cette maison-là ; mangez et buvez ce qu'on vous donnera, car l'ouvrier mérite son salaire. Mais n'allez point de maison en maison. Si vous entrez dans une ville où l'on vous accueille, mangez ce qu'on vous présentera. Guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : «Le royaume de Dieu est proche de vous.» Mais, si vous entrez dans une ville où l'on ne vous accueille pas, sortez sur la place publique et dites : «La poussière même de votre ville qui nous colle aux pieds, nous l'en raclons pour vous la laisser ; sachez pourtant que le royaume de Dieu est proche.» Je vous dis qu'en ce jour-là il y aura moins de rigueur pour Sodome que pour cette ville.»
 
" Les soixante-douze revinrent tout joyeux : «Seigneur, disaient-ils, même les démons nous obéissent en ton nom.» Jésus leur dit : «Je voyais tomber Satan comme la foudre du ciel. Aussi bien vous ai-je donné le pouvoir de marcher impunément sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l'ennemi, et rien ne pourra vous faire du mal. Seulement, au lieu de vous féliciter de ce que les esprits vous soient soumis, félicitez-vous plutôt de ce que vos noms se trouvent écrits dans les cieux.» "
 
 
 
Homélie :
 
 
" Le Seigneur désigna soixante-douze autres disciples qu'il envoya deux à deux devant lui, dans toutes les villes et toutes les localités où lui-même devait aller. Il leur dit : «La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. Allez ; je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups.» "
 
Jésus est l'envoyé du Père : il est le Fils bien-aimé, celui en qui le Père a mis tout son amour ! Jésus est celui qui vient porter au monde tout l'amour de Dieu envers les hommes ! Car l'amour ne demande toujours qu'à se répandre davantage : tout l'amour, qui est Dieu, est en Dieu de toute éternité, mais il peut et il veut se répandre toujours davantage dans les créatures qu'il appelle à la participation de sa propre vie ! Et donc, Jésus, qui est Dieu, n'a d'autre désir que celui de voir l'amour de Dieu se répandre toujours, de plus en plus, sur la terre comme un feu dévorant : «Je suis venu mettre le feu sur la terre, et qu'ai-je à désirer, si dès maintenant il est allumé ?» (Lc. 12, 49)
 
Pour que le feu de l'amour embrase les coeurs des hommes et des femmes de toutes races et de toutes nations, Jésus envoie ses disciples, deux par deux. Ceux-ci sont appelés à manifester par toute leur vie cet amour qu'ils doivent porter au monde : ils vont deux par deux pour témoigner l'union des disciples du Christ, ils doivent prier le Seigneur de susciter d'autres apôtres de l'amour, ils essaient d'imiter la douceur de l'agneau qui pardonne et qui se laisse maltraiter par les loups et les bêtes féroces. Les disciples du Christ sont appelés à témoigner de l'amour de Dieu par toute leur vie, jusqu'à la mort même, ainsi que l'enseigne Saint Jean : «En ceci nous avons connu l'amour : Jésus a donné sa vie pour nous. De même, nous devons donner notre vie pour nos frères.» (1 Jn. 3, 16)
 
" «Si vous entrez dans une ville où l'on ne vous accueille pas, sortez sur la place publique et dites : «La poussière même de votre ville qui nous colle aux pieds, nous l'en raclons pour vous la laisser ; sachez pourtant que le royaume de Dieu est proche.» Je vous dis qu'en ce jour-là il y aura moins de rigueur pour Sodome que pour cette ville.» "
 
L'amour de Dieu ne doit pas nous faire oublier sa justice et sa rigueur ! Rappelons-nous bien que la miséricorde de Dieu ne doit pas être séparée de sa justice. Dieu est infiniment bon, mais il est aussi infiniment juste. S'il récompense le bien, il punit le mal. La grâce de Dieu nous appelle, elle nous invite à suivre Jésus dans sa mission d'amour de par le monde entier ! La grâce de Dieu est puissante, elle est la plus forte preuve de l'amour de Dieu pour nous, mais nous devons craindre que cette même grâce qui nous est offerte aujourd'hui ne nous soit plus jamais donnée pour nous appeler à suivre le Christ. Il faut craindre que la grâce qui passe aujourd'hui ne repasse jamais plus par la suite. Le feu de l'amour de Dieu est sauveur et plein de miséricorde, mais le feu de la justice divine est destructeur comme celui qui s'abattit sur Sodome !
 
" «Au lieu de vous féliciter de ce que les esprits vous soient soumis, félicitez-vous plutôt de ce que vos noms se trouvent écrits dans les cieux.» "
 
Saint Paul l'a dit, selon ces paroles célèbres : «Quand j'aurais le don de prophétie, et quand je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais une foi totale, à transporter les montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien.» (1 Cor. 13, 2) Oui ! Quand bien même les esprits mauvais seraient soumis aux disciples du Christ, si ceux-ci n'ont pas l'amour de Dieu en eux, tout cela ne servirait de rien. Il n'y a donc qu'une seule chose qui vaille la peine et dont il faut se réjouir : «Que vos noms se trouvent écrits dans les cieux,» disait Jésus. C'est-à-dire que nous ne devons nous réjouir des dons que le Seigneur nous a donnés que dans la mesure où nous sommes assurés, par la grâce de Dieu, que le Seigneur nous attend dans le ciel.
 
Comment pouvons-nous recevoir de Dieu cette assurance que nos noms sont écrits dans les cieux ? Lisons le livre de l'Apocalypse : «Au vainqueur je donnerai de la manne cachée, et je lui remettrai un caillou blanc sur lequel est écrit un nom nouveau que nul ne connaît, sauf celui qui le reçoit.» (Ap. 2, 17) Le message est clair : c'est l'Eucharistie, la manne cachée, qui nous donne cette assurance que Dieu a écrit notre nom dans le ciel ! Alors, recevons ce sacrement avec un grand amour et une foi sincère : c'est le Seigneur Jésus qui vient en nous pour nous fortifier dans son amour ! Que la Très Sainte Vierge Marie nous aide à accomplir un si grand acte !
 

Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !