Homélie pour la fête du Très Saint-Sacrement - Année B - Mc. 14, 12-16 et 22-26


par le

Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 

" Le premier jour des Azymes, où l'on immolait la Pâque, ses disciples lui disent : «Où veux-tu que nous allions préparer ton repas de la Pâque ?» Alors il en envoie deux : «Allez en ville, leur dit-il, vous rencontrerez un homme portant une cruche d'eau. Suivez-le et, là où il entrera, dites au propriétaire de la maison : Le Maître demande : Où se trouve la salle dans laquelle je dois manger la Pâque avec mes disciples ? Et il vous montrera lui-même à l'étage une grande salle, déjà toute meublée de divans ; là vous préparerez ce qu'il nous faut.» Les disciples partirent, arrivèrent en ville et trouvèrent tout conforme aux indications de Jésus, et ils préparèrent la Pâque.


" Pendant le repas, Jésus prit du pain et, prononçant la bénédiction, le rompit et le leur donna, disant : «Prenez, ceci est mon corps.» Ensuite, il prit une coupe, rendit grâce et la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit : «Ceci est mon sang, celui de l'Alliance, répandu pour beaucoup. Oui, je vous le déclare, je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau dans le royaume de Dieu.» Après le chant des psaumes, ils se rendirent au mont des Oliviers. "




Homélie :


" Le premier jour des Azymes, où l'on immolait la Pâque... "


La fête du Très Saint Sacrement nous replonge dans les célébrations de la Semaine Sainte. Nous allons nous rappeler aujourd'hui tout ce que fit pour nous le Seigneur Jésus durant les jours de son sacrifice et de son triomphe éternel. En effet, si l'Eglise célèbre en ce jour une fête spécialement dédiée à l'Eucharistie, c'est parce que l'horaire très chargé de la Semaine Sainte ne permet pas de consacrer un temps suffisant pour honorer dignement ce très grand sacrement. Aussi, voilà qu'aujourd'hui, nous prolongeons en quelque sorte la Semaine Sainte. Le Seigneur nous donne comme un surplus de temps pour lui rendre gloire et honneur dans son Eucharistie !


C'est bien le Seigneur lui-même qui nous accorde cette grâce en ce jour, puisque, si l'Eglise célèbre une fête spéciale dédiée au Très Saint Sacrement, elle le fait sur l'invitation du Ciel qui, par l'intermédiaire de Sainte Julienne de Mont-Cornillon, demanda que l'on ajoutât aux solennités de l'Eglise une célébration proprement consacrée à l'Eucharistie. A ce sujet, il faut se souvenir que Sainte Julienne vécut en Belgique, près de Liège, dans la première moitié du treizième siècle. C'est donc avec une attention toute spéciale que nous devons célébrer en Belgique cette solennité de l'Eucharistie !


" «Allez en ville, leur dit-il, vous rencontrerez un homme portant une cruche d'eau. Suivez-le et, là où il entrera, dites au propriétaire de la maison : Le Maître demande : Où se trouve la salle dans laquelle je dois manger la Pâque avec mes disciples ? Et il vous montrera lui-même à l'étage une grande salle, déjà toute meublée de divans ; là vous préparerez ce qu'il nous faut.» "


Le Seigneur Jésus a tout prévu pour l'institution de la Sainte Eucharistie. Il n'a rien laissé au hasard. Surtout, il a prévu un endroit qui soit beau et bien décoré, avec un mobilier choisi et une ornementation soignée. Dans la célébration de ce grand sacrement, tout ce qui est beau et bien décoré, tout ce qui fait paraître l'ordre que Dieu a mis dans la Création, et tout ce qui met en relief l'ordre que l'homme lui-même a entretenu dans la Création à la suite de Dieu, tout cela est mis à l'honneur en ce jour ! L'Ordre de Dieu est spirituel, et c'est son aspect fondamental ; mais cet Ordre de Dieu, que le Seigneur Jésus a transmis à son Eglise, possède aussi une dimension corporelle et matérielle par laquelle tout l'univers participe à la glorification de son Créateur dans le sacrement de l'Eucharistie.


Le Christ veut que tout soit ordonné dans la célébration de l'Eucharistie. C'est pourquoi la Messe se célèbre toujours sur l'Ordre même du Christ qui a dit à ses Apôtres : "Faites ceci en mémoire de moi." (Lc. 22, 19) Et cet ordre est maintenant transmis à l'Eglise par l'intermédiaire du Sacrement de l'Ordre, qui porte ainsi le nom de sa mission propre : le Sacrement de l'Ordre est celui par lequel l'Ordre même du Christ est transmis à ceux qui le représentent sur la terre dans l'Eglise. C'est ainsi que le sacrement de l'Eucharistie et celui de l'Ordre sont indissolublement liés, ayant entre eux une même origine dans ces paroles de Jésus que nous venons de citer. Si le Christ a dit aux Apôtres : "Faites ceci en mémoire de moi", c'est pour leur conférer le sacrement de l'Ordre, sacrement qui est directement ordonné à la célébration de l'Eucharistie.


" «Oui, je vous le déclare, je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau dans le royaume de Dieu.» "


L'Eucharistie annonce le Royaume de Dieu qui vient. L'Eglise ne célèbre pas l'Eucharistie sans se référer au Christ glorieux qui règne pour toujours dans le Ciel. Si le Seigneur a institué ce sacrement sous forme de mémorial, puisqu'il a dit : "Faites ceci en mémoire de moi", c'est pour nous inviter, en ce moment privilégié, à nous souvenir de lui. L'Eglise, lorsqu'elle célèbre l'Eucharistie, est celle qui se souvient de son Seigneur et de tout ce qu'il a fait pour elle : ceux qui, en Eglise, veulent vraiment participer à l'Eucharistie sont invités à se souvenir de tous les bienfaits qu'ils ont reçus de Dieu, tels que la Création, la Rédemption, et le Ciel que le Seigneur nous promet en héritage.


Le Royaume de Dieu doit être au centre de notre préoccupation en ce jour de fête ! Demandons à la Très Sainte Vierge Marie, qui est la Reine du Ciel, de nous attirer toujours davantage vers ce lieu trois fois saint, ce lieu qui doit être l'objet de tous nos désirs ! Que Marie, la Porte du Ciel, nous aide à entrer dans une communion toujours plus intime et plus profonde avec son divin Fils présent dans l'Eucharistie !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !