Homélie pour le Dimanche de la Pentecôte - Année B - Jn. 20, 19-23


par le

Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 

" Le soir de Pâques, le premier jour de la semaine, les disciples avaient, par crainte des Juifs, fermé les portes de l'endroit où ils se tenaient. Or, Jésus vint, et se trouva au milieu d'eux. Il leur dit : «La paix soit avec vous !» Ce disant, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent tout heureux de revoir le Seigneur. Jésus leur dit donc une fois encore : «La paix soit avec vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie.» A ces mots, il souffla sur eux : «Recevez l'Esprit-Saint, leur dit-il. Seront remis les péchés de ceux à qui vous les remettrez ; seront retenus les péchés de ceux à qui vous les retiendrez.» "




Homélie :


" Le soir de Pâques, le premier jour de la semaine, les disciples avaient, par crainte des Juifs, fermé les portes de l'endroit où ils se tenaient. Or, Jésus vint, et se trouva au milieu d'eux. Il leur dit : «La paix soit avec vous !» Ce disant, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent tout heureux de revoir le Seigneur. "


Nous célébrons aujourd'hui la fête de la Pentecôte ! Nous faisons mémoire de cet événement capital qui eut lieu cinquante jours après la Résurrection du Christ, savoir : l'effusion de l'Esprit-Saint sur les Apôtres et sur les disciples réunis au Cénacle autour de Marie, la Mère de Jésus. La fête de la Pentecôte rejoint la fête de Pâques : ces deux solennités constituent le sommet de toute l'année liturgique et nous permettent à elles seules de nous remémorer toute l'histoire du Salut en Jésus Fils de Dieu.


Ce qui a été commencé à Pâques trouve en ce jour sa plénitude et son achèvement : le soir de Pâques, Jésus ressuscité donna une première fois l'Esprit-Saint à ses disciples, afin qu'ils puissent le recevoir en plénitude le jour de la Pentecôte. Il n'y a pas de différence entre l'Esprit qui fut donné le soir de Pâques et l'Esprit qui se répandit sur toute la terre le jour de la Pentecôte : car il n'y a qu'un seul et même Esprit.


Cependant, le soir de Pâques, Jésus est sur terre, et non pas encore dans le Ciel, auprès du Père. C'est-à-dire que Jésus ne voit pas encore son Père qui est au Ciel. Si Jésus, en tant qu'homme, possède déjà la vision béatifique de Dieu, puisqu'il est ressuscité, ce n'est encore qu'un commencement de vision, un bonheur réel et durable, mais qui reste dans son état initial. Il ne peut en être autrement tant que Jésus reste sur terre. Aussi, lorsque le Christ donne l'Esprit-Saint aux Apôtres le soir de Pâques, c'est la Pentecôte qui commence, dans l'attente de sa pleine réalisation, cinquante jours plus tard.


Mais, une fois que Jésus est monté au Ciel, le jour de l'Ascension, c'est-à-dire quarante jours après Pâques, Jésus voit désormais son Père dans une béatitude éternelle et sans limite. A son tour, le Père voit l'âme et le corps de son Fils glorieux : tout comme Jésus présenta ses mains et son côté à ses disciples le soir de Pâques, le Fils montre à son Père qui est au Ciel ses plaies glorieuses, trophées insignes et marques de son amour pour son Père et pour tous les hommes. Dans Celui qui est son Image parfaite, le Père voit son Fils tout comme le Fils voit son Père. Et c'est dans cette vision commune que l'Esprit-Saint est envoyé dans le monde le jour de la Pentecôte.


" Jésus leur dit donc une fois encore : «La paix soit avec vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie.» A ces mots, il souffla sur eux : «Recevez l'Esprit-Saint, leur dit-il. Seront remis les péchés de ceux à qui vous les remettrez ; seront retenus les péchés de ceux à qui vous les retiendrez.» "


Lorsque l'Esprit-Saint fut envoyé aux Apôtres le jour de la Pentecôte, chacun de ceux qui le reçurent resta homme comme il était auparavant, avec ses défauts, ses faiblesses naturelles, et toute sa personnalité. L'Esprit-Saint et les dons qu'il apporte viennent s'ajouter à notre nature humaine, qui reste la même. Cependant, l'Esprit-Saint donne à l'âme une force spéciale, cette "force d'en-haut" (Lc. 24, 49), ce "feu" (cf. Ac. 2, 3), qui permet à l'homme ou à la femme de surmonter ses propres faiblesses et devenir juste et saint devant le Seigneur. La première action de l'Esprit-Saint en nous est de nous purifier de nos péchés et de nos vices.


Le soir de Pâques, Jésus, dans cette première vision du Père, donna aux Apôtres l'Esprit-Saint afin que, par lui, ils puissent remettre ou retenir les péchés des hommes. La première chose à faire, en effet, était de donner l'Esprit-Saint en tant que Don de Dieu qui restaure l'image que Dieu a mis en l'homme dès sa création : il fallait que, avant tout, en tout premier lieu, les Apôtres soient ministres du Seigneur pour propager dans le monde la restauration de la création initiale accomplie par le Père. Tout ce qui est premier, tout ce qui est initial dans l'action de l'Esprit-Saint, il fallait que Jésus y pourvoie tant qu'il était encore sur terre, dans sa première vision du Père.  " Il souffla sur eux : «Recevez l'Esprit-Saint, leur dit-il. Seront remis les péchés de ceux à qui vous les remettrez ; seront retenus les péchés de ceux à qui vous les retiendrez.» "


Le jour de la Pentecôte, l'Esprit-Saint a été donné aux Apôtres : en ce jour-là, l'Eglise est née, l'Eglise a vu le jour, le Corps du Christ a commencé à croître et à se développer jusqu'à la plénitude qui doit être la sienne à la fin des temps. Marie, la Mère de Jésus, et d'autres disciples, reçurent également le Don de l'Esprit-Saint, mais différemment des Apôtres. En effet, ces derniers, les Apôtres, reçurent ce Don non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour le donner aux autres - à tous ceux qui croiraient en Jésus Fils de Dieu - non pas sans discernement, mais bien en proportion à leur foi et à la mission qu'ils recevraient des mêmes Apôtres et de leurs successeurs au fil des siècles. C'est ainsi que ce qui s'est passé il y a près de deux mille ans ne cesse de se prolonger dans l'Eglise, à travers les successeurs des Apôtres, jusqu'à la venue glorieuse du Fils de Dieu !


Au cours de cette Eucharistie dominicale, demandons à Marie, qui était là, présente, lors de la venue de l'Esprit, demandons-lui d'ouvrir notre coeur si grand qu'il puisse recevoir tous les dons de l'Esprit que le Père voudra bien nous accorder par son Fils Jésus en ce grand jour de la Pentecôte 2006 !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !