Homélie pour le quatrième Dimanche dans l'Année - Année B - Mc. 1, 21-28


par le

Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 

" Jésus et ses disciples se rendent à Capharnaüm. Dès le jour du sabbat, Jésus entra dans la synagogue et se mit à enseigner. On était frappé de sa doctrine, car il parlait d'autorité et non comme les scribes.


" Or il se trouvait précisément dans leur synagogue un homme possédé d'un esprit impur ; il se mit à vociférer : «De quoi te mêles-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu nous perdre ? Je sais qui tu es : le Saint de Dieu!» Mais Jésus le gourmanda : «Tais-toi, dit-il, et sors de cet homme !» Alors l'esprit impur l'agita convulsivement et sortit en hurlant. Saisis de stupéfaction, tous se demandaient : «Qu'est-ce que cela ? Un enseignement nouveau, donné d'autorité ; de plus, il commande aux esprits impurs et ils lui obéissent !» Et sa renommée se répandit de tous côtés dans toute la région de la Galilée. "




Homélie :


" Jésus et ses disciples se rendent à Capharnaüm. Dès le jour du sabbat, Jésus entra dans la synagogue et se mit à enseigner. On était frappé de sa doctrine, car il parlait d'autorité et non comme les scribes. "


Durant toute sa vie, Jésus ne cessa un seul instant d'enseigner son Peuple, le Peuple que Dieu s'était choisi. C'est un phénomène unique, comme le Christ lui-même. Toute la vie de Jésus est un enseignement : non seulement ses paroles sont un enseignement, mais aussi, et même d'abord, toute sa personne, tout ce que Jésus est en lui-même, est un enseignement : car Jésus de Nazareth n'est pas seulement un Homme, il est aussi un Dieu, le Dieu unique, Créateur de l'Univers entier ! Jésus est la Parole de Dieu incarnée : en Jésus, la Parole de Vie annonce sans cesse la Gloire du Père !


"Jésus entra dans la synagogue." Jésus va d'abord chez les siens : avec son Peuple, il ne fait qu'un corps, qu'une même descendance venant d'Abraham, le Père des Croyants. C'est donc en priorité parmi son Peuple que Dieu annonce sa Parole afin qu'elle prenne 'corps' et se répande chez tous les Juifs, après s'être incarnée en Jésus par l'opération du Saint-Esprit. Ensuite, lorsque les Juifs, en la personne du Grand-Prêtre, eurent rejété Jésus, la Parole de Dieu fut adressée à toutes les Nations, qui reçurent une force d'en-haut, celle de l'Esprit de Dieu, qui les unit tous en un seul Corps mystique, l'Eglise !


"On était frappé de sa doctrine, car il parlait d'autorité et non comme les scribes." Ce qui fait la différence entre la Parole de Jésus et toute autre parole simplement humaine, c'est que celle de Jésus est revêtue de cette force, de cette puissance de l'Esprit-Saint. Peu auparavant, Jésus avait déclaré, à Nazareth : "L'Esprit du Seigneur est sur moi..." (Lc. 4, 18) Jésus le sait : il est Dieu, et la Puissance du Très-Haut (cf. Lc. 1, 35) repose sur lui ! Lorsque Jésus parle, l'Esprit de Dieu met dans sa parole humaine toute la Puissance et toute la Force de la Divinité, si bien que, lorsque cette parole humaine de Jésus arrive aux oreilles de ses auditeurs, elle résonne en leur coeur avec une puissance inégalable !


" Or il se trouvait précisément dans leur synagogue un homme possédé d'un esprit impur ; il se mit à vociférer : «De quoi te mêles-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu nous perdre ? Je sais qui tu es : le Saint de Dieu!» Mais Jésus le gourmanda : «Tais-toi, dit-il, et sors de cet homme !» Alors l'esprit impur l'agita convulsivement et sortit en hurlant. "


Il ne s'agit pas ici d'une simple guérison : nous sommes en présence d'une lutte ouverte entre le Fils de Dieu lui-même et le Prince de ce monde, Satan. Car il y a bien un adversaire qui prétend s'opposer jusqu'à la fin à la Parole de Dieu. Jésus est notre Sauveur : il est celui que le Père a envoyé pour répandre dans le monde la grâce qui sauve et qui donne la Vie. Mais cette oeuvre de salut en Jésus-Christ est sans cesse en butte aux attaques de l'ennemi, qui est le diable.


Ces attaques du démon se situent sur le plan de la connaissance : "Je sais qui tu es : le Saint de Dieu!" Car la Vie de Dieu est elle-même une vie de connaissance. Jésus disait en effet, dans sa prière à son Père, la veille de sa mort : "La vie éternelle consiste en ce qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu." (Jn. 17, 3) Cependant, nous ne sommes pas dans le temps de la connaissance de Dieu : au contraire, nous sommes dans le temps de la foi, cette foi qui est notre "victoire" (1 Jn. 5, 4) sur le démon. Nous ne sommes pas dans le temps ultime de la Révélation de Dieu, alors que nous le verrons tel qu'il est (cf. 1 Jn. 3, 2) : mais nous sommes bien dans le temps de l'épreuve de la foi et de l'obéissance à la Parole de Dieu.


Satan et les Anges qui l'ont suivi n'ont pas obéi à Dieu, et ils ont cherché à convaincre l'homme et la femme, Adam et Eve, de faire de même : ce fut le premier péché, le péché originel. L'obéissance et la foi sont une épreuve, une étape intermédiaire qu'il faut franchir avant de parvenir à la pleine connaissance de Dieu. Cette épreuve dure un temps, fixé par Dieu : c'est le temps de notre vie sur terre. Adam et Eve, à la suite des Anges déchus, n'ont pas respecté cette épreuve que Dieu leur proposait et ils ont mangé du fruit de l'arbre défendu. Ils sont ainsi entrés dans une connaissance de Dieu qui était coupable : elle était mélangée de bien et de mal. Après le péché du premier homme, "le Seigneur Dieu dit : «Voici l'homme devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal." (Gn. 3, 22)


" Saisis de stupéfaction, tous se demandaient : «Qu'est-ce que cela ? Un enseignement nouveau, donné d'autorité ; de plus, il commande aux esprits impurs et ils lui obéissent !» Et sa renommée se répandit de tous côtés dans toute la région de la Galilée. "


Jésus ne cherchait jamais à ce que sa renommée se répandît tout alentour. Au contraire, il disait souvent de ne rien dire à personne du bien et des miracles qu'il venait d'accomplir, de même qu'il dit ici à l'esprit impur qui habitait cet homme : "Tais-toi !" La raison en est d'abord qu'il n'avait pas besoin de se soucier de sa renommée : l'Esprit-Saint était là pour y veiller, tout comme il veille encore aujourd'hui et toujours pour répandre çà et là la renommée des serviteurs de Dieu qui travaillent inconnus dans le monde entier. La seconde raison était qu'il devait combattre par l'humilité cet orgueil qui réside dans tous les hommes et toutes les femmes descendants d'Adam et Eve. Quand un phénomène pareil se produit, nous sommes toujours enclins à exagérer et à nous enorgueillir nous-mêmes du bien accompli par d'autres...


Laissons-nous convaincre par la Parole de Dieu que nous entendons en ce jour : même si nous n'étions pas présents lorsque Jésus annonça son Evangile, nous pouvons écouter cette même Parole de Dieu dans l'Esprit-Saint qui habite en nos coeurs ! Que Marie nous aide de sa foi et de sa prière !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !