Homélie pour le quatrième Dimanche de Carême - Année B - Jn. 3, 14-21


par le

Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 

" Jésus disait : «Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'Homme soit élevé, afin que tout homme qui croit en lui ait la vie éternelle.» En effet, Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique ; ainsi, tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais aura la vie éternelle. Car Dieu n'a point envoyé son Fils dans le monde pour le condamner, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n'est pas condamné, mais celui qui ne croit point est déjà condamné parce qu'il n'a pas cru au Fils unique de Dieu. Or voici ce jugement : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Car tout homme qui fait le mal déteste la lumière et ne vient point à elle, de peur que ses oeuvres ne soient réprouvées. Mais celui qui fait la vérité vient à la lumière. Il devient ainsi manifeste que ses oeuvres sont faites en Dieu. "




Homélie :


" Jésus disait : «Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'Homme soit élevé, afin que tout homme qui croit en lui ait la vie éternelle.» "


Voilà le prix que Jésus a payé pour nous ouvrir la porte du Ciel et nous conduire à sa suite jusque dans la vie éternelle ! Voilà le prix : comme le serpent que Moïse éleva dans le désert, Jésus a été élevé en Croix, il est mort pour nous sur le bois de la Croix, avant de s'élever lui-même au Ciel au jour de son Ascension ! Le serpent que Moïse éleva dans le désert fut source de guérison : pareillement, le Seigneur Jésus qui est maintenant dans le Ciel est source de vie éternelle par les mérites de sa Passion douloureuse et de sa mort sur la Croix.


Le serpent dans le désert était un signe pour les Hébreux : le signe de la miséricorde de Dieu envers son Peuple, le Peuple qu'Il avait choisi pour faire resplendir sa gloire et sa magnificence par toute la terre. Semblablement, mais avec toute la réalité qu'Il est en lui-même, le Seigneur Jésus est le signe de la miséricorde et de l'amour de Dieu envers tous les hommes. Ses plaies glorieuses qui sont les siennes dans le Ciel sont autant de joyaux qui témoignent de son triomphe sur le péché et sur la mort, mais plus encore et surtout, ses plaies sont les signes éclatants et sans cesse visibles pour tous les élus du Ciel de son inépuisable amour pour ceux qu'Il a choisis de toute éternité pour vivre avec lui dans la Gloire.


" En effet, Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique. "


Dieu nous aime ! Notre Père du Ciel, notre Créateur à tous, nous aime tellement que cet amour le pousse à nous donner son Fils unique. Saint Jean parle au passé ; il dit : "Dieu a aimé... il a donné..." Mais tout ceci est vrai aussi au présent, car pour Dieu tout est toujours au présent : Dieu est éternel, et il n'y a pour lui ni passé ni futur. Ce n'est que par rapport à nous les hommes qu'il y a un passé et un futur pour Dieu. La Parole du Père, son Verbe, son Fils, s'est incarnée dans le sein de la Très Sainte Vierge Marie il y a deux mille ans. C'est cela qui est du passé, c'est alors que Dieu a donné son Fils unique. Mais aujourd'hui encore, on peut dire que Dieu nous donne son Fils, chaque jour, chaque heure, chaque minute : si nous le lui demandons humblement et avec une grande foi, Dieu nous donne Celui qui est sa Vie, toute sa raison d'être, Celui qui est l'objet de tout son amour.


" Ainsi, tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais aura la vie éternelle. "


Le Seigneur Jésus est Dieu : Il est la Vérité. Il est la Vérité qu'il faut croire, car elle dépasse toute intelligence, elle est au-dessus de toute raison, elle est surnaturelle et divine. Mais comme il s'agit de la Vérité qui est Dieu, cette Vérité est aussi Vie : le Seigneur qui est Vérité est aussi Vie, parce qu'Il est l'Amour tout-puissant et miséricordieux, l'Amour Infini, qui ne peut pas ne pas se communiquer à quiconque veut bien entrer en communion de Vie avec Lui. Ainsi, par la vertu de foi, la Vérité qui est Dieu, et à laquelle nous croyons, nous donne sa Vie : par la foi, nous sommes rendus participants de la vie même de Dieu dans le Seigneur Jésus. D'ailleurs, écoutons le Seigneur qui nous parle : "En vérité, en vérité je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle." (Jn. 6, 47)


" La lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs oeuvres étaient mauvaises. Car tout homme qui fait le mal déteste la lumière et ne vient point à elle, de peur que ses oeuvres ne soient réprouvées. "


Saint Jean nous l'avait déjà dit en commençant son Evangile : "Le Verbe était la véritable Lumière qui, venant dans le monde, éclaire tout homme. Il était dans le monde, et le monde a été fait par lui, et le monde ne l'a pas connu. Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas reçu." (Jn. 1, 9-11) C'est le drame de toute la Création : la Lumière est là, dans le monde, et combien nombreux sont ceux qui la rejettent, qui ne vont pas à elle pour être illuminés intérieurement par sa grâce toute-puissante ! Les hommes ont peur de cette lumière divine, ils ne veulent pas s'en approcher, car elle risque de manifester à tous et partout la laideur de leur vie. Mais surtout, ils ne veulent pas voir dans cette lumière la vie et l'amour qu'elle est essentiellement : parce qu'ils ne veulent pas changer de vie, parce qu'ils ne veulent pas participer à la vie de Dieu.


" Mais celui qui fait la vérité vient à la lumière. Il devient ainsi manifeste que ses oeuvres sont faites en Dieu. "


Relevons cette expression de Saint Jean : "Celui qui FAIT la vérité..." La Vérité de Dieu qui est Lumière (cf. 1 Jn. 1, 5) est une Vérité qui ne peut être dissociée des actes de vertus et des oeuvres à accomplir en conformité avec les commandements de Dieu et de l'Eglise. Il ne suffit pas de croire simplement, il faut aussi accomplir des oeuvres de charité et de miséricorde. Parmi elles, nous allons bientôt accomplir la plus importante de toutes. Nous allons communier à l'Eucharistie : nous nous préparons à participer à la Passion du Christ, à communier à son Sacrifice, celui que le Seigneur offrit une fois pour toutes, mais qui va être actualisé par le sacrement, pour nous qui vivons maintenant ! Nous allons nous associer au Christ mort et ressuscité, Celui qui a été élevé de terre sur le bois de la Croix, et qui est maintenant élevé à la droite du Père qui est aux Cieux !


Que la Très Sainte Vierge Marie, qui a vu son Fils sur la Croix, nous aide à recevoir dignement son Fils Jésus, afin que nous participions à la Passion du Christ, pour son Corps, qui est l'Eglise !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !