Homélie pour le vingt-huitième Dimanche dans l'Année - Année B - Mc. 10, 17-30


par le

Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 

" Comme Jésus sortait pour se mettre en route, quelqu'un accourut et, se mettant à genoux devant lui, demanda : «Bon Maître, que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ?» Jésus lui dit : «Pourquoi m'appelles-tu bon ? Il n'est de bon que Dieu seul. Tu connais les commandements : Tu ne tueras point, tu ne commettras point d'adultère, tu ne voleras point, tu ne porteras point de faux témoignage ; tu ne feras de tort à personne ; honore ton père et ta mère.» Il repartit : «Maître, tout cela je l'ai observé dès ma jeunesse.» Alors Jésus fixa sur lui son regard et l'aima : «Une seule chose te manque, lui dit-il ; va vendre tout ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis, viens, et suis-moi.» Mais lui, à cette parole, devint sombre et il s'en alla tout triste : il avait de grandes propriétés.


" Jésus, jetant des regards autour de lui, dit à ses disciples : «Comme il sera difficile aux riches d'entrer dans le royaume de Dieu !» Les disciples étaient stupéfaits de son langage. Mais Jésus reprit de plus belle : «Mes enfants, qu'il est difficile à ceux qui mettent leur confiance dans les richesses d'entrer dans le royaume de Dieu ! Un chameau passe plus aisément par le chas de l'aiguille qu'un riche n'entre dans le royaume de Dieu.» De plus en plus ahuris, les disciples se dirent les uns aux autres : «Alors, qui peut être sauvé ?» Jésus les regarda : «Aux hommes, c'est impossible, dit-il, mais pas à Dieu : tout est possible à Dieu.»


" Pierre se prit à lui déclarer : «Eh bien, nous autres, nous avons tout quitté pour te suivre.» Jésus répondit : «Oui, je vous le déclare, nul n'aura quitté pour moi et pour l'évangile, maison, frères ou soeurs, mère ou père, enfants ou terres, sans recevoir cent fois plus, maintenant, dès ce temps-ci, - maison, frères et soeurs, mères, enfants et terres, - avec des persécutions et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.» "




Homélie :


" Comme Jésus sortait pour se mettre en route, quelqu'un accourut et, se mettant à genoux devant lui, demanda : «Bon Maître, que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ?» "


Quelqu'un accourt vers Jésus, il se dirige vers lui, car, probablement, il avait entendu parler de lui comme quelqu'un de bon et de charitable. L'Amour de Dieu qui est en Jésus attire à lui cet homme que l'évangéliste ne nomme pas, mais qui peut être pris comme exemple pour tout homme ou pour toute femme auquel ce récit s'adresse. Tous, nous avons reçu déjà, ou nous recevrons un jour ou l'autre cet appel de la grâce, cette invitation de Dieu à venir jusqu'à lui. Et de fait, nous irons à lui, car sa grâce est toute-puissante : nous irons vers le Christ pour lui demander, avec l'aide de sa grâce : "Bon Maître, que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ?" Mais quelle sera la suite de notre démarche ? La grâce de Dieu est certes toute-puissante, mais l'homme reste libre ! Allons-nous garder notre liberté ? Ou bien allons-nous la confier à Dieu pour qu'il la garde éternellement en lui ?


" Alors Jésus fixa sur lui son regard et l'aima : «Une seule chose te manque, lui dit-il ; va vendre tout ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel ; puis, viens, et suis-moi.» Mais lui, à cette parole, devint sombre et il s'en alla tout triste : il avait de grandes propriétés. "


La grâce de Dieu nous attire à Jésus, elle nous mène à lui pour que nous apprenions à le connaître dans un amour parfait. Mais cet amour de Jésus est exigeant : la religion chrétienne est une religion exigeante, une religion qui demande à l'homme, à la femme de suivre le Christ en renonçant à soi et toutes les créatures. En bref, celui qui veut s'attacher à la personne de Jésus par l'amour de connaissance et de vie doit renoncer à garder pour lui-même sa liberté : il doit la confier à Dieu pour qu'il la garde en lui éternellement ! L'amour de Jésus est exigeant, car Jésus est Dieu, et l'homme, la femme doit être tout à Dieu, Créateur et Seigneur de toutes choses ! Finalement, c'est le salut même de l'homme qui passe par là ! C'est pourquoi Jésus prononce ces paroles redoutables : "Comme il sera difficile aux riches d'entrer dans le royaume de Dieu !"


" Mais Jésus reprit de plus belle : «Mes enfants, qu'il est difficile à ceux qui mettent leur confiance dans les richesses d'entrer dans le royaume de Dieu ! Un chameau passe plus aisément par le chas de l'aiguille qu'un riche n'entre dans le royaume de Dieu.» De plus en plus ahuris, les disciples se dirent les uns aux autres : «Alors, qui peut être sauvé ?» Jésus les regarda : «Aux hommes, c'est impossible, dit-il, mais pas à Dieu : tout est possible à Dieu.» "


Le salut est une chose humainement impossible : sans la grâce de Dieu, nul ne peut être sauvé ! Mais avec l'aide puissante de la grâce, cela devient possible : "Aux hommes, c'est impossible, dit Jésus, mais pas à Dieu : tout est possible à Dieu." Pour cela, il faut tout donner à Dieu : il faut que, en esprit, nous soyons disposés à tout lui donner, s'il nous le demande. Surtout, il faut que nous soyons prêts à nous donner nous-mêmes tout entiers à Dieu. C'est ce que firent les Apôtres, et, à leur suite, une multitude d'hommes et de femmes qui furent, au long des siècles, de vrais et de fervents chrétiens. Saint Pierre ne craint d'ailleurs pas d'en témoigner : "Pierre se prit à lui déclarer : «Eh bien, nous autres, nous avons tout quitté pour te suivre.» "


" Jésus répondit : «Oui, je vous le déclare, nul n'aura quitté pour moi et pour l'évangile, maison, frères ou soeurs, mère ou père, enfants ou terres, sans recevoir cent fois plus, maintenant, dès ce temps-ci, - maison, frères et soeurs, mères, enfants et terres, - avec des persécutions et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.» "


Voilà ce qui est extraordinaire : lorsque nous avons tout donné à Dieu, en esprit, ou réellement, le Seigneur lui-même nous comble de ses dons, tant spirituels que temporels. Et quel don plus magnifique ne fait-il pas chaque jour, chaque dimanche : le don de son Eucharistie ! Comment en effet ne pas penser que ce don précieux du Corps et du Sang du Christ est le fruit du don de nous-mêmes à Dieu ? Plus nous avons l'intention de nous donner au Seigneur, plus son Eucharistie sera pour nous le don le plus précieux et le plus inestimable qui soit ! Demandons à Marie cette grâce, la grâce du don de soi, la grâce du don de notre liberté à Jésus, son Fils, le Fils de Dieu même ! Que cette communion de ce jour nous donne une plus grande estime du Sacrement du Corps et du Sang du Christ !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !