Homélie pour la fête de la Pentecôte - Année A - Jn. 20, 19-23
 
 
par
 
le Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 
 
" Le soir du même jour, le premier de la semaine, les disciples avaient, par crainte des Juifs, fermé les portes de l'endroit où ils se tenaient. Or, Jésus vint, et se trouva au milieu d'eux. Il leur dit : «La paix soit avec vous !» Ce disant, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent tout heureux de revoir le Seigneur. Jésus leur dit donc une fois encore : «La paix soit avec vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie.» A ces mots, il souffla sur eux : «Recevez l'Esprit-Saint, leur dit-il. Seront remis les péchés de ceux à qui vous les remettrez ; seront retenus les péchés de ceux à qui vous les retiendrez.» "
 
 
 
Homélie :
 
 
" Le soir du même jour, le premier de la semaine, les disciples avaient, par crainte des Juifs, fermé les portes de l'endroit où ils se tenaient. Or, Jésus vint, et se trouva au milieu d'eux. "
 
L'Évangile, c'est la Bonne Nouvelle, c'est la Bonne Parole du Salut annoncé par le Christ à toute la création : "Allez par le monde entier, prêchez l'Évangile à toute la création." (Mc. 16, 15) Or, le Christ, c'est le Verbe incarné, c'est la Parole de Dieu faite chair. Donc, l'Évangile ne parle que du Christ, le Fils de Dieu fait Homme. Et donc aussi, l'Évangile n'a pas pour but de nous parler directement de l'Esprit-Saint, la troisième personne de la Très Sainte Trinité qui est venue dans le monde au jour de la Pentecôte !
 
Ceci explique pourquoi le récit de la venue de l'Esprit-Saint se trouve dans les Actes des Apôtres, et non dans l'Évangile. Mais cela n'enlève rien à la réalité du fait, ni à l'autorité du Livre des Actes des Apôtres, dans lequel on rapporte même une parole de Jésus qui n'est pas dans les évangiles : "Il y a plus de joie à donner qu'à recevoir !" (Actes 20, 35) Reportons-nous donc d'abord au récit du Livre des Actes pour essayer de comprendre un peu le Mystère de la Pentecôte...
 
Les Apôtres, ainsi que Marie, la Mère de Jésus, et d'autres disciples, "se trouvaient tous réunis. Soudain retentit du ciel un fracas semblable à celui d'une bourrasque de vent et ce bruit remplit toute la maison où ils étaient assis. Alors, ils virent paraître comme des langues de feu qui, se partageant, vinrent se poser sur chacun d'eux. Ils furent tous remplis du Saint-Esprit." (Ac. 2, 1-4)
 
Si nous avions été là, avec les disciples de Jésus, n'aurions-nous pas eu peur en entendant le bruit de ce vent violent ? N'aurions-nous pas été pris de panique en voyant nos cheveux comme enflammés par ce je ne sais quoi de mystérieux ? Peut-être que oui, peut-être que non... La réponse n'est pas simple, même si je la formule comme une réponse de Normand !
 
Nous n'aurions pas eu peur, tout comme ce fut le cas pour les Apôtres, si, comme eux, nous avions été intimement unis à Marie, la Mère de Jésus, dont l'esprit de foi et de prière est si communicatif qu'il se répand comme un doux parfum de roses... Or, celui qui a la foi, celui qui prie Dieu de tout son coeur, celui-là ne craint rien : ni les tentations du démon, ni celles du monde, ni celles de la chair !
 
Rien ne peut ébranler celui qui a l'esprit de Marie ! Or, nous le savons, depuis que Jésus a été conçu dans le sein de la Très Sainte Vierge Marie, l'Esprit de Dieu habite en Celle qui est devenue alors son Épouse mystique : l'Esprit de Dieu et l'esprit de Marie ne font plus qu'un en Jésus, Médiateur entre Dieu et les Hommes. Aussi, celui qui a l'esprit de Marie ne peut avoir peur de Celui qui ne fait qu'un avec Marie : l'Esprit de Dieu !
 
Pourtant, comment exclure toute peur face à un tel phénomène ? Quand Marie entendit la salutation de l'Archange Gabriel qui lui dit : "Je te salue, pleine de grâce" (Lc. 1, 28), la future Épouse de l'Esprit-Saint ressentit en elle comme une sorte de peur : "Bouleversée par ces paroles, elle se demandait ce que signifiait pareille salutation." (Lc. 1, 29)
 
Il est donc normal de penser que les Apôtres et les disciples présents ressentirent ce même genre de trouble lorsque le bruit du vent se fit entendre et que leurs cheveux parurent comme enflammés... D'ailleurs, quelle est la première action de l'Esprit de Dieu sinon la purification de notre âme pour la rendre sainte comme au temps de la création première ?
 
La peur, le fracas du vent, le feu, autant d'éléments destinés à nous faire rentrer en nous-mêmes pour nous aider à voir la laideur de nos péchés... Saint Pierre, le témoin principal de la première Pentecôte, n'a-t-il pas annoncé la Pentecôte éternelle et la Parousie comme le jour où "les cieux passeront avec fracas, les éléments embrasés seront dissociés et la terre consumée avec les ouvrages qu'elle contient" (2 P. 3, 10) ?
 
Jésus l'a dit : l'Esprit-Saint vient d'abord pour nous purifier de nos péchés. "A ces mots, il souffla sur eux : «Recevez l'Esprit-Saint, leur dit-il. Seront remis les péchés de ceux à qui vous les remettrez ; seront retenus les péchés de ceux à qui vous les retiendrez.»" Ensuite, quasiment au même instant, l'Esprit-Saint nous remplit de son Amour et il nous confirme dans notre bon désir par une douce confiance en la miséricorde et en la toute-puissance de Dieu !
 
Car l'Esprit-Saint ne vient jamais en nous sans nous apporter quelques dons, quelques faveurs communes à tous les fidèles, ou propres à telle ou telle personne. Si nous avons une vraie humilité, alors, l'Esprit de Dieu nous fera le plus beau des dons : celui de reconnaître les dons qui sont dans les autres, ces dons que nous refusons souvent de voir, à cause de notre jalousie...
 
N'oublions pas Caïn et Abel : Caïn tua Abel, parce que ce dernier avait la faveur de Dieu ; Caïn était jaloux des dons de Dieu qui étaient en son frère... N'oublions pas non plus que, peu de temps après la Pentecôte, les Apôtres furent jetés en prison pour avoir prêché le Nom de Jésus, grâce aux dons de l'Esprit-Saint qui étaient en eux...
 
Lorsque nous allons nous approcher de l'autel du Seigneur pour recevoir le Corps du Christ, ayons un très grand désir de la venue de l'Esprit-Saint dans notre coeur : ce désir brûlera toutes les imperfections et les fautes qui sont encore en nous et que nous ne voyons pas ! Alors, par Marie, et pour Marie, nous pourrons recevoir les dons de l'Esprit qui repose sur Jésus, dans la Gloire du Père !
 

Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !