Homélie pour la fête de la Très Sainte Trinité
Année C - Jn. 16, 12-15
 
 
par
 
le Père Daniel Meynen
 
 
 
" Jésus disait à ses disciples : «J'ai encore bien des choses à vous dire ; mais elles ne sont pas à votre portée maintenant. Quand le Paraclet, l'Esprit de vérité, sera venu, il vous mènera vers la vérité tout entière. Car il ne parlera pas de son chef, mais vous dira tout ce qu'il entend, et il vous annoncera ce qui doit arriver. Il me glorifiera, parce qu'il tirera de mon bien ce qu'il vous communiquera. Tout ce que possède le Père est à moi. C'est pourquoi j'ai dit qu'il prendra de mon bien ce qu'il vous communiquera.» "
 
 
 
Homélie :
 
 
" Jésus disait à ses disciples : «J'ai encore bien des choses à vous dire...» "
 
Une semaine après la Pentecôte, c'est-à-dire aujourd'hui, nous célébrons la fête de la Très Sainte Trinité. Après avoir accueilli le don de l'Esprit-Saint promis par Jésus sur l'Ordre du Père, l'Eglise invite tous les fidèles à se souvenir des trois personnes divines en une seule et même cérémonie. Comment d'ailleurs pourrions-nous jamais les séparer ? Le Père, le Fils et l'Esprit-Saint ne sont qu'un seul Dieu : la Très Sainte Trinité n'est pas trois dieux, mais un seul Dieu ! Les trois personnes du Père, du Fils et de l'Esprit-Saint sont unies entre elles dans l'unique essence divine !
 
" Jésus disait à ses disciples : «J'ai encore bien des choses à vous dire ; mais elles ne sont pas à votre portée maintenant. Quand le Paraclet, l'Esprit de vérité, sera venu, il vous mènera vers la vérité tout entière. "
 
Juste avant sa Passion, le soir du Jeudi-Saint, Jésus disait : "J'ai encore bien des choses à vous dire..." Jésus arrive à la fin de sa vie terrestre, et il dit à ses disciples qu'il a encore bien des choses à leur dire... C'est comme si Jésus n'avait pas eu le temps de remplir toute sa mission et qu'il faut qu'un autre vienne la continuer à sa place... Oui, c'est bien de cela qu'il s'agit ; Jésus le dit : "Quand le Paraclet, l'Esprit de vérité, sera venu, il vous mènera vers la vérité tout entière." Jésus est bien la vérité, puisqu'il vient juste de dire : "Je suis le chemin, la vérité et la vie." (Jn. 14, 6) Mais si Jésus est la vérité, et toute la vérité, puisqu'il est Dieu et que rien ne lui manque, il faut qu'un autre vienne, l'Esprit-Saint, afin que cette vérité reçoive, pour ainsi dire, une autre forme, une autre présentation, une dimension nouvelle qui permette aux disciples et à tous les croyants de la comprendre en plénitude.
 
La vérité, ce qui est vrai, est le point commun par lequel le Père, le Fils, et l'Esprit-Saint nous apparaissent. Saint Jean, dans sa première épître, nous le dit clairement : "Voici le message que nous avons entendu de lui (Dieu) et que nous vous annonçons : Dieu est lumière, en lui il n'y a aucune obscurité. Si nous disons être en communion avec lui alors que nous marchons dans les ténèbres, nous mentons, nous ne faisons pas la vérité. Mais, si nous marchons dans la lumière comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes alors en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché." (1 Jn. 1, 5-7)
 
" «Il me glorifiera, parce qu'il tirera de mon bien ce qu'il vous communiquera. Tout ce que possède le Père est à moi. C'est pourquoi j'ai dit qu'il prendra de mon bien ce qu'il vous communiquera.» "
 
Ce que le Saint-Esprit vient nous communiquer, la vérité, est le bien propre du Père que le Fils possède personnellement. Le Saint-Esprit nous communique la vérité du Père, non pas sous la forme sous laquelle le Père lui-même la possède, mais bien sous la forme que le Fils lui donne en tant que Fils, en tant qu'il est ce Jésus qui s'est fait Homme et qui est mort et ressuscité pour nous ! La vérité qui unit les trois personnes divines et que nous sommes invités à recevoir dans la foi est une vérité divine qui, d'une certaine manière, a pris forme humaine par l'Incarnation du Verbe et a reçu un aspect douloureux et crucifiant par le passage de Jésus de la mort à la résurrection. Si Jésus a été définitivement condamné à mort, c'est parce que Pilate, l'ultime recours de Jésus, s'il en fût un, n'a pas cru à la vérité : " «C'est pour rendre témoignage à la vérité, disait Jésus, que je suis venu dans le monde. Tous ceux qui sont de la vérité écoutent ma voix.» Pilate lui dit : «Qu'est-ce que la vérité ?...» " (Jn. 18, 37-38)
 
La Très Sainte Trinité est le Mystère du Chrétien : tous ceux qui croient au Christ, Fils de Dieu, envoyé par le Père pour nous donner l'Esprit par le Sang de sa Croix, tous ceux-là croient au Mystère de la Très Sainte Trinité. Chaque fois que nous faisons le signe de la Croix, nous confessons notre foi en la Divine Trinité. C'est un Mystère de foi, mais un Mystère crucifiant puisque c'est le signe de la Croix qui nous le rappelle. Quoi d'étonnant alors si la célébration de l'Eucharistie, sacrement du sacrifice du Christ, nous rappelle elle aussi tout le Mystère de la Très Sainte Trinité. Depuis le début de la cérémonie, qui commence par un signe de croix, jusqu'à la fin, où le célébrant bénit les fidèles, en passant par la grande Prière eucharistique qui s'adresse au Père, par le Fils, dans l'Esprit, tout nous parle de la Très Sainte Trinité.
 
Prions donc ensemble en ce beau jour où nous commémorons le Mystère fondamental de notre foi ! Demandons à Marie, qui accueillit le Verbe de Dieu en elle, de comprendre un peu mieux la vérité qui est en Dieu et que le Saint-Esprit nous invite à aimer de tout notre coeur et à défendre de toute notre force !
 

Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !