Homélie pour la Fête du Christ-Roi - Année C - Lc. 23, 35-43
 
 
par
 
le Chanoine Dr. Daniel Meynen
 
 
 
" Arrivés au lieu dit Calvaire, on y crucifia Jésus, ainsi que les malfaiteurs, l'un à droite, l'autre à gauche. La foule se tenait là et regardait. Les magistrats ricanaient : «Il a sauvé les autres, disaient-ils ; qu'il se sauve lui-même, s'il est le Christ, l'élu de Dieu !» Les soldats aussi le raillaient ; ils s'approchaient, lui présentaient du vinaigre, et disaient : «Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même.» Au-dessus de lui se trouvait l'inscription : «Celui-ci est le roi des Juifs.»
 
" Or, l'un des malfaiteurs ainsi suspendus l'injuriait : «Puisque tu es le Christ, sauve-toi toi-même, et sauve-nous !» Mais l'autre reprit : «Comment ! dit-il, tu n'as pas la crainte de Dieu, alors que tu subis la même condamnation ? Pour nous, c'est justice. Nous recevons ce que nos crimes ont mérité ; mais lui n'a rien fait de mal.» Et il ajouta : «Jésus, souviens-toi de moi quand tu reviendras dans ta majesté royale !» Et Jésus lui répondit : «Je te le déclare en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis.»"
 
 
 
Homélie :
 
 
" Les soldats aussi le raillaient ; ils s'approchaient, lui présentaient du vinaigre, et disaient : «Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même.» Au-dessus de lui se trouvait l'inscription : «Celui-ci est le roi des Juifs.» "
 
"Celui-ci est le roi des Juifs." C'est l'inscription qui se trouvait au-dessus de Jésus cloué à la Croix du Calvaire. Cette inscription, qui nous rappelle que Jésus est roi, fut placée sur la Croix en vertu d'un ordre de Pilate en personne : c'est l'autorité romaine en place à Jérusalem qui proclama, dans une circonstance tragique, la royauté de Jésus. Pilate s'était entretenu avec Jésus dans le prétoire, le jour de sa condamnation à mort. "Pilate lui dit : «Donc tu es roi ?» - «Oui, répondit Jésus, je suis roi.» " (Jn. 18, 37)
 
Cette appellation de Roi des Juifs ne plût pas aux grands prêtres ! Ceux-ci vinrent trouver Pilate et lui demandèrent de modifier l'inscription : "Beaucoup de Juifs lurent cet écriteau, car l'endroit où Jésus fut crucifié était voisin de la ville, et l'inscription était rédigée en hébreu, en latin et en grec. Les grands prêtres des Juifs dirent donc à Pilate : «N'écris pas : Le roi des Juifs ; mais plutôt : Cet homme se prétend le roi des Juifs.» Pilate répondit : «Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit.» " (Jn. 19, 20-22)
 
Dans des circonstances tragiques, mais attendues par Jésus dans sa miséricorde infinie, le Sauveur du monde fut proclamé roi par l'autorité publique de son époque ! Quel événement ! Mais surtout, quel Mystère ! Pourquoi des circonstances si tragiques pour une telle proclamation ? Jésus est près de mourir, et c'est alors qu'il est proclamé roi ! Il aurait pu être roi durant sa vie : de multiples circonstances s'étaient présentées à lui. Ainsi, après que Jésus ait multiplié les pains et les poissons, les gens disaient : "«C'est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde.» Et Jésus, pressentant qu'ils allaient venir l'enlever pour le faire roi, se retira de nouveau seul, sur la montagne." (Jn. 6, 14-15)
 
Jésus est roi : c'est vrai, et il le sait. Mais il ne veut pas être roi avant son heure ! Il sait qu'il est roi, et il sait quand il doit le devenir : ce doit être à l'heure de son triomphe sur le Mal ! Voilà la royauté de Jésus ! Voilà ce qu'il veut ! Voilà le règne de Dieu sur la terre ! Jésus l'avait dit à Pilate : "Ma royauté n'est pas de ce monde." (Jn. 18, 36) La royauté de Jésus ne vient pas de la terre, mais du ciel ! Ce que Jésus veut à tout prix, même au prix de sa mort sur la Croix, c'est régner dans les âmes en en chassant le démon ! Jésus veut être le roi des coeurs, et c'est en devenant le roi des coeurs qu'il deviendra aussi le roi des corps et le roi du monde entier !
 
" Mais l'autre reprit : «Comment ! dit-il, tu n'as pas la crainte de Dieu, alors que tu subis la même condamnation ? Pour nous, c'est justice. Nous recevons ce que nos crimes ont mérité ; mais lui n'a rien fait de mal.» Et il ajouta : «Jésus, souviens-toi de moi quand tu reviendras dans ta majesté royale !» Et Jésus lui répondit : «Je te le déclare en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis.» "
 
Deux larrons, deux malfaiteurs avaient été crucifiés aux côtés de Jésus, sur deux autres croix. L'un d'eux eut de la compassion pour Jésus, et il comprit que cet homme était un juste. Il déclara à son compagnon de supplice : "Pour nous, c'est justice. Nous recevons ce que nos crimes ont mérité ; mais lui n'a rien fait de mal." Il se laissa donc toucher par la grâce et, faisant suite aux rumeurs entendues au pied de la croix de Jésus, il n'hésita pas à proclamer lui aussi Jésus Roi, en lui disant : "Jésus, souviens-toi de moi quand tu reviendras dans ta majesté royale !"
 
Cette profession de foi en la royauté du Christ est très grande et magnifique ! Elle inclut en elle la croyance en la résurrection finale : Jésus est là, sur la croix, défiguré, le corps en lambeaux, à l'agonie, et pourtant le bon larron parle de majesté royale ! Oui ! Ce malfaiteur qui reconnaît la royauté de Jésus croit fermement que le règne va venir et que, par la miséricorde de Dieu, sa vie de pécheur pénitent sera récompensée par une part à ce royaume qui vient : "Jésus, souviens-toi de moi quand tu reviendras dans ta majesté royale !"
 
Jésus va revenir à la fin des temps et il ressuscitera pour la gloire éternelle le corps de chacun des élus ! Le bon larron fera partie de ce triomphe glorieux, car Jésus le lui a dit, avant même qu'il ne quitte ce monde de désolation : "Je te le déclare en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis." Demandons à Marie, qui assista à tout cet entretien, de nous aider de sa prière toute-puissante : demandons-lui de recevoir Jésus en nous afin qu'il régne dans notre coeur, et par là, dans le monde entier ! Acclamons Jésus Roi dans l'Eucharistie de ce jour, afin d'être déjà dans le Paradis !
 

Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !