Homélie pour le deuxième dimanche de l'Avent - Année A - Mt. 3, 1-12


par

le Père Daniel Meynen
 
 

"En ces jours-là survient Jean-Baptiste ; il prêche dans le désert de la Judée : «Changez de conduite, dit-il, car le royaume des cieux est proche.» C'est de lui que parlait le prophète Isaïe dans cet oracle : "Une voix crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers." (Is. 40, 3) Jean portait un vêtement de poils de chameau et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage. Les gens de Jérusalem, de toute la Judée et de toute la contrée qui environne le Jourdain venaient à lui ; ils avouaient leurs péchés et se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain.


"Comme il voyait venir à son baptême nombre de pharisiens et de sadducéens, il leur dit : «Engeance de vipère, qui vous a suggéré d'esquiver la colère à venir ? Portez donc le fruit d'un repentir sincère, au lieu de vous contenter de vous dire : Nous avons Abraham pour père ! car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham. La cognée est déjà mise à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bon fruit, on le coupe et on le jette au feu. Je vous baptise, moi, dans l'eau, en signe de pénitence ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses chaussures. Lui vous baptisera dans l'Esprit-Saint et le feu. Il tient en main le van ; il va nettoyer son aire, amasser le froment dans son grenier, mais brûler la paille dans un feu qui ne s'éteint pas.»"





Homélie :


"En ces jours-là survient Jean-Baptiste ; il prêche dans le désert de la Judée : «Changez de conduite, dit-il, car le royaume des cieux est proche.» C'est de lui que parlait le prophète Isaïe dans cet oracle : "Une voix crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers." (Is. 40, 3) Jean portait un vêtement de poils de chameau et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage."


"Le royaume des cieux est proche !" Voilà ce que clamait Jean-Baptiste à tous ceux qui venaient l'écouter. Voilà ce que redit l'Eglise aujourd'hui ! Car il n'y a pas de différence entre l'époque de Jean-Baptiste et la nôtre : aujourd'hui comme hier, le royaume des cieux est proche ! Il est là, parmi nous, à notre portée, mais invisible... Tout comme le Christ était déjà parmi les hommes et les femmes qui venaient écouter Jean-Baptiste le Prophète, le Seigneur Jésus est parmi nous : invisible, inconnu, pour ne pas dire méconnu...


"Là où deux ou trois se réunissent en mon nom, je suis au milieu d'eux." (Mt. 18, 20) Donc, ici, au milieu de l'assemblée des fidèles, Jésus est présent. Mais, nous ne le voyons pas. Du moins, nous ne le voyons pas des yeux du corps. Pareillement, Jésus est présent dans le sacrement de l'Eucharistie. Mais nous ne le voyons pas non plus des yeux du corps : il nous faut les yeux de la foi pour le voir et pour le reconnaître présent sous les apparences du pain et du vin eucharistiques.


"L'heure vient, et c'est maintenant, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité... Dieu est esprit." (Jn. 4, 23-24) Ceci est capital : Dieu est esprit ! Et notre esprit doit dominer notre corps ! Alors, et alors seulement, nous pourrons voir le Seigneur présent parmi nous... Si nous vivons d'une vie de foi et d'union à Dieu, alors nous serons dignes de voir le Seigneur pour l'éternité, et même dès ici-bas. Jean-Baptiste l'a dit : "Changez de conduite !" Et Isaïe avant lui disait : "Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers." (Is. 40, 3)


"Jean portait un vêtement de poils de chameau et une ceinture de cuir autour des reins ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage." Jean-Baptiste ne se contentait pas de prêcher aux autres la pénitence : il vivait lui-même une vie austère et rude. Saint Paul allait même jusqu'à dire : "Je réduis mon corps et le maintiens en servitude, de peur qu'après avoir prêché aux autres, je ne sois moi-même réprouvé." (1 Cor. 9, 27) Dans cet esprit, pour que le monde vive enfin en Paix, le Pape Jean-Paul II a demandé de jeûner le 14 décembre prochain : pensons-y et soyons généreux dans cet effort !


"Les gens de Jérusalem, de toute la Judée et de toute la contrée qui environne le Jourdain venaient à lui ; ils avouaient leurs péchés et se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain. Comme il voyait venir à son baptême nombre de pharisiens et de sadducéens, il leur dit : «Engeance de vipère, qui vous a suggéré d'esquiver la colère à venir ? Portez donc le fruit d'un repentir sincère, au lieu de vous contenter de vous dire : Nous avons Abraham pour père ! car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham. La cognée est déjà mise à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bon fruit, on le coupe et on le jette au feu. Je vous baptise, moi, dans l'eau, en signe de pénitence ; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses chaussures. Lui vous baptisera dans l'Esprit-Saint et le feu. Il tient en main le van ; il va nettoyer son aire, amasser le froment dans son grenier, mais brûler la paille dans un feu qui ne s'éteint pas.»"


Beaucoup de gens venaient à Jean pour se faire baptiser par lui, mais plusieurs parmi les pharisiens et les sadducéens, s'estimant justes, ne pensaient pas avoir besoin d'un baptême de pénitence... Quand bien même ils auraient eu raison de s'estimer justes, ces pharisiens et ces sadducéens avaient tout à gagner en s'abaissant devant Jean pour recevoir son baptême ! Car qui peut prétendre ne pas avoir besoin de la grâce de Dieu ? Qui peut dire ouvertement qu'il n'a pas besoin des guides et des prophètes que le Seigneur envoie à son Peuple ?


Jean-Baptiste prépare la venue du Christ. Certes, Jésus est déjà né : il a environ trente ans lorsque Jean-Baptiste est à l'apogée de sa mission. Mais, pendant ces quelque trente ans, Jésus a mené une vie cachée, presqu'invisible. Il faut donc, qu'un jour, il soit révélé à Israël comme le Fils de Dieu : c'est cette révélation que Jean-Baptiste prépare. Or, qui peut recevoir une telle révélation sinon celui qui a un coeur humble, un coeur d'enfant, l'âme et l'esprit d'un tout petit ? Jésus l'a dit, au cours de son enseignement : "Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tout en cachant ces choses aux sages et aux savants, tu les as révélées aux tout petits." (Mt. 11, 25)


Un choix se fait, un partage s'accomplit : les uns sont pour Jésus, les autres contre lui... Il n'y a pas d'alternative. Dieu est bon, Dieu est tout Amour, mais Dieu est juste. Chacun est libre d'aimer ou de ne pas aimer Dieu. Celui qui aime Dieu respecte sa Loi et ses commandements, il accueille sa révélation comme un petit enfant, il se confie en la toute-puissance de la grâce de Dieu. Finalement, celui qui aime Dieu, Jésus l'accueillera dans son Paradis, comme il amassera le froment dans son grenier...


Que la Très Sainte Vierge Marie nous aide tous à faire constamment le bon choix, le choix qui sauve et qui conduit en Paradis ! Avec un coeur d'enfant, recevons en ce jour Jésus dans son Eucharistie : les yeux de la foi, simples et accueillants, nous ferons voir le Seigneur présent en nous, par Marie !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !