Homélie pour la fête de la Très Sainte Trinité - Année B - Mt. 28, 16-20


par

le Père Daniel Meynen
 
 

"Les onze disciples s'en allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. Quand ils le virent, ils se prosternèrent ; cependant quelques uns hésitaient encore. Mais Jésus vint à eux et leur parla en ces termes : «Toute autorité m'est dévolue, au ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde.»"





Homélie :


"Les onze disciples s'en allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée. Quand ils le virent, ils se prosternèrent ; cependant quelques uns hésitaient encore."


Dès le matin de Pâques, Jésus ressuscité avait ordonné aux saintes femmes à qui il était apparu d'aller dire à ses disciples de le rejoindre en Galilée : "Jésus se présenta devant elles et leur dit : «Salut.» Elles s'approchèrent, lui saisirent les pieds, et se prosternèrent devant lui. Jésus leur dit : «N'ayez crainte ; allez porter à mes frères l'ordre de se rendre en Galilée : c'est là qu'ils me reverront.»" (Mt. 28, 9-10) Pour Jésus, Résurrection et Galilée ne font qu'un : c'est là que ses disciples doivent le voir ressuscité. Pourtant Jésus, qui est ressuscité aux portes de Jérusalem, aurait dû associer Résurrection avec Judée, la terre où il est né. Tout ceci nous porte à croire qu'il y a là un Mystère, un fait nouveau que Jésus veut nous révéler. C'est bien de cela qu'il s'agit : si Jésus associe Résurrection et Galilée, c'est parce que, déjà, il pense à la Résurrection finale, celle qui aura lieu à la fin des temps. "Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin du monde."


"Mais Jésus vint à eux et leur parla en ces termes : «Toute autorité m'est dévolue, au ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit.»"


Arrivé sur cette montagne de Galilée, Jésus tient en enseigner ses disciples sur la mission qu'ils auront à remplir lorsque leur Maître sera retourné au Ciel et que le Saint-Esprit leur aura été envoyé : ils doivent annoncer la Bonne Nouvelle du Salut à toutes les nations et les baptiser au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. C'est précisément là, en Galilée, que cette mission doit être enseignée. Car, si la Galilée annonce le retour du Christ, alors, la Galilée annonce aussi la pleine Révélation de Dieu, Trinité d'Amour et de Sagesse. Durant le temps présent, il n'est pas possible de "comprendre" la Très Sainte Trinité, car elle est un Mystère, c'est-à-dire une notion qui dépasse l'intelligence humaine. Mais, lorsque le Christ reviendra dans la Gloire, alors, le voile se déchirera et la communion d'Amour du Père, du Fils, et de l'Esprit-Saint apparaîtra dans tout son jour, donnant à tous les élus la capacité de la "comprendre", non pas comme Dieu lui-même se comprend et se connaît, mais comme il sera possible pour chaque élu de comprendre Dieu d'une compréhension d'amour, un amour qui sera à la mesure des mérites personnels de chacun.


Parfois, certaines personnes n'attachent pas beaucoup d'importance à cette notion de Trinité en Dieu. On croit volontiers en Dieu, en Jésus, qu'on appelle Christ. On sait qu'il est mort et ressuscité. On connaît aussi le Père : on dit couramment, "Notre Père, qui es aux cieux..." On sait encore qu'il y a un Saint-Esprit... Mais quand on cherche à rassembler toutes ces notions dans son esprit, alors, on s'embrouille, on mélange un peu tout, et, finalement, on laisse tomber... Est-ce donc si important "la Trinité" ? Oui ! C'est important, c'est même très important ! Tout l'évangile de Saint Jean ne parle presque que de la Trinité, et toute la première épître que cet évangéliste a écrite ne sert qu'à préparer le lecteur à une certaine "compréhension" de la Trinité qui est révélée dans son évangile. Si on se contente de dire "Dieu est amour", et "Jésus est mort et ressuscité", cela ne suffit pas. Il y a d'autres vérités qui doivent être notre nourriture spirituelle : celle de la Divine Trinité est la plus importante de toutes.


Essayons donc de faire un peu de lumière sur toute cela. Jésus est descendu du Ciel et est venu sur terre : il a pris chair de la Vierge Marie. C'est le Mystère de l'Incarnation. Mais Jésus n'est pas venu de lui-même : ce n'est pas lui a décidé qu'il viendrait. C'est son Père qui l'a envoyé dans le monde. Jésus a donc un Père auquel il est uni par un lien bien précis : celui de l'obéissance. Jésus envoyé dans le monde est venu accomplir l'ordre que son Père lui avait donné. Cet ordre du Père, Jésus l'a accompli en révélant au monde entier, et d'abord à ses disciples, qu'il est le Fils de Dieu, le Fils de Celui qui a créé l'univers entier, et qu'il est venu sur terre pour racheter tous les hommes et, par là, les inviter à participer à la propre vie de Dieu. Cette révélation conduisit Jésus jusqu'au Calvaire, car c'est pour avoir affirmé qu'il était le Fils de Dieu que Jésus a été condamné à mort. La mission que son Père lui avait confiée était donc remplie. Jésus pouvait dès lors entrer dans la Gloire de son Père, non pas comme Dieu (car cela, il le fait de toute éternité), mais bien comme Homme : il ressuscita donc d'entre les morts. Enfin, pour que son corps soit pleinement glorifié, Jésus monta au Ciel, quarante jours après sa Résurrection. Mais ce n'est pas tout. Car, à ce moment-là, il n'y avait encore que l'homme en lui même qui était glorifié en Dieu, c'est-à-dire la nature humaine assumée par le Fils de Dieu. Il fallait donc encore que cette glorification que Dieu voulait pour l'homme soit le partage tous ceux et celles qui croiraient cela possible. C'est pourquoi, le Saint-Esprit fut répandu sur la terre le jour de la Pentecôte. Mais le Saint-Esprit ne vint pas non plus de lui-même : il fut envoyé par le Père et par le Fils. Il fut envoyé par le Père, car c'est le Père qui est le Principe de toute la Divine Trinité : il est la première personne, celle qui commande au sein de la Divine Trinité. Et le Saint-Esprit fut aussi envoyé par le Fils, conjointement au Père, car le Saint-Esprit n'est pas venu sur terre pour remplir une mission différente, mais bien pour continuer la mission propre de Jésus, Fils de Dieu.


Que retenir de tout cela ? L'obéissance ! Jésus est venu accomplir l'ordre de son Père ; le Saint-Esprit a été envoyé pour perpétuer cet ordre et cette mission. Les disciples du Christ sont toujours invités à l'obéissance ! "Apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit." La Trinité nous invite à l'obéissance, et l'obéissance nous re-conduit à la Trinité. Chaque dimanche, l'Eglise, au nom de Jésus Christ, nous invite à participer en commun à la louange de Dieu : chaque dimanche, le chrétien doit rendre grâces à Dieu dans la forme et dans la mesure que l'Eglise lui impose, au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Celui qui a été baptisé au nom de la Trinité ne peut pas se contenter de prier Dieu dans son coeur, il doit aussi manifester sa foi et son obéissance à Dieu en prenant part à la célébration de l'Eucharistie, là où se fait de nouveau présente l'Oeuvre d'Obéissance du Fils de Dieu, mort et ressuscité pour nos péchés.


Que la Très Sainte Vierge Marie, modèle parfait d'obéissance à Dieu, nous aide à vivre davantage dans la pensée de Dieu, qui est Père, Fils, et Saint-Esprit !



Pour commander tout de suite l'homélie hebdomadaire, cliquez ici !